La grâce des brigands
facebook google+ twitter

La grâce des brigands

de

chez Ed. de l'Olivier

Paru le | Broché sous jaquette 283 pages

Grand format Livre broché
19.50 Expédié sous 3 à 6 jours ouvrés
Ajouter au panier Frais de livraison

Chronique Page des libraires, rédigée par Michel Edo Librairie Lucioles (Vienne)

Mais il faut bien avouer que si Maria Cristina vit ici, dans le silence de son appartement et entourée de la distante affection de son chat et de son ex-amant, c’est surtout dû au hasard d’une bourse qui, quinze ans plus tôt, lui a permis de fuir son Canada natal. Il faut dire que son enfance dans les brumes de Lapérouse n’aura pas été une partie de plaisir, ç’aura même été une enfance terrible dans la bien nommée « maison rose cul », entourée d’un père « moins placide qu’indifférent » et d’une mère « indéniablement dérangée » de la pire espèce : catholique forcenée et dictatoriale, malheureuse et prête à le faire payer à ses enfants... Folle, quoi. Heureusement la nature a fourni à Maria Cristina un caractère propre à ne pas se laisser laminer. La résistance au dragon est un art de l’évitement permanent. Signe indéniable de sa volonté et de son intelligence, la première et seule occasion qui lui sera fournie de quitter l’atmosphère mortifère de son village sera la bonne. L’arrivée à Santa Monica est une seconde naissance à tous points de vue. Mais Maria Cristina ne serait pas devenue le grand écrivain qu’elle est sans la rencontre avec le mégalomane Rafael Claramunt, génie autoproclamé de la littérature alors au sommet de sa gloire, éternel aspirant au Nobel. C’est lui qui a permis la publication du premier roman de la jeune femme, c’est lui qui a donné à celle-ci les ingrédients du succès, cet étrange mélange d’exhibitionnisme et de mystère. Maria Cristina possédait déjà l’intelligence et le charme, son Pygmalion sera son révélateur. Mais les personnalités de la trempe de Claramunt ne font rien sans calcul, Maria Cristina mettra quelques années à s’en rendre compte. Il faut cependant revenir sur le début du roman. Un coup de téléphone inopportun qui déclenche une avalanche de souvenirs, un appel longue distance qui met fin à dix ans de silence entre les Vaatonen mère et fille. Un appel que Maria Cristina devait savoir inéluctable. Quant au contenu de cet appel, il est de ceux qui remettent en cause les décisions les plus fermes… Et madame Vaatonen mère est assez perverse pour jouer sur toute la gamme de la culpabilité de sa fille et la forcer à faire en sens inverse le chemin jusqu’à Lapérouse. Maria Cristina le sait et pourtant, masochisme ou fatalisme, elle s’exécute et fonce au Canada. Nous sommes en 1989, le 12 juin précisément et, à partir de cette date, le narrateur nous ramène à la fin des années 1960 dans un tourbillon de souvenirs qui suivent un fil caché. Ce roman est une enquête biographique aux multiples rebondissements, qui use de tous les moyens à sa disposition pour tenter de donner un sens à la trace erratique du destin. La Grâce des brigands est une comédie humaine sous le soleil du Pacifique, avec ses intrigues, ses moments de bonheur et ses descentes aux enfers. Et puisque d’un mal peut surgir un bénéfice imprévu, nous pourrons nous aussi trouver de la grâce aux opportunistes, aux calculateurs et aux brigands !

Maria Cristina Väätonen a seize ans lorsqu'elle quitte la ville
de son enfance, une bourgade située dans le grand Nord, entourée
de marais et plongée dans la brume la plupart de l'année.
Elle laisse derrière elle un père taciturne, une mère bigote
et une soeur jalouse, pour s'installer à Santa Monica (Los Angeles).
C'est le début des années 70 et des rêves libertaires.
Elle n'a pas encore écrit le roman dans lequel elle réglera ses
comptes avec sa famille, et qui la propulsera sur la scène littéraire.
Et elle n'est pas encore l'amante de Rafael Claramunt. Séducteur
invétéré, cet excentrique a connu son heure de gloire et se
consacre désormais à entretenir sa légende d'écrivain nobélisable.
Est-il un pygmalion ou un imposteur qui cherche à s'approprier
le talent de Maria Cristina ?
Dans les années 1970, Maria Cristina Väätonen, 16 ans, décide de quitter sa ville natale du Grand Nord et ses parents toxiques, pour s'installer à Santa Monica. C'est le début pour elle d'une nouvelle aventure. Elle écrira un roman à succès dans lequel elle réglera ses comptes avec les membres de sa famille et deviendra l'amante de Rafael Claramunt, séducteur invétéré et écrivain excentrique. ©Electre 2019
Format : Broché sous jaquette
Nb de pages : 283 pages
Poids : 324 g
Dimensions : 14cm X 21cm
Date de parution :
ISBN : 978-2-8236-0235-7
EAN : 9782823602357

Du même auteur : Véronique Ovaldé