La Hongrie des Habsbourg. Vol. 1. De 1526 à 1790
facebook twitter

Fiche technique

Format : Broché
Nb de pages : 401 pages
Poids : 650 g
Dimensions : 16cm X 24cm
Date de parution :
ISBN : 978-2-7535-0987-0
EAN : 9782753509870

De 1526 à 1790

Histoire de la Hongrie des Habsbourg

de

chez Presses universitaires de Rennes

Collection(s) : Histoire

Paru le | Broché 401 pages

Public motivé

20.00 Disponible - Expédié sous 5 jours ouvrés
Ajouter au panier Frais de livraison

préface Sándor Csernus, Noël-Yves Tonnerre


Quatrième de couverture

La Hongrie des Habsbourg

Tome I de 1526 à 1790

Durant les trois siècles qui séparent le désastre de Mohács (1526), où l'élite politique a été massacrée, et la mort de Joseph II (1790), la Hongrie a conservé son caractère multiethnique et renforcé son caractère multiconfessionnel. Pendant deux siècles (1526-1699) le territoire hongrois a été partagé entre les Habsbourg (Hongrie royale), les Turcs (la Grande plaine) et la Transylvanie (protectorat ottoman). Seule la reconquête par les Impériaux après 1683 a permis la réunification du pays au profit des Habsbourg.

Face au péril mortel qu'avait représenté l'avance turque en Europe centrale, la noblesse hongroise avait en effet accepté, non sans réticence, l'intégration de la Hongrie dans la Monarchie des Habsbourg, héritiers des Jagellons. Mais c'était le début d'un long combat avec la Cour de Vienne pour conserver son autonomie grâce aux institutions représentatives (la diète), un exécutif autonome siégeant à Presbourg, et surtout grâce à la décentralisation administrative (les comitats nobles). Une partie de la noblesse a même tenté, à plusieurs reprises, de recouvrer son indépendance. Touchée en profondeur par la Réforme protestante, elle a défendu ses libertés confessionnelles contre la politique de Contre-réforme menée par les Habsbourg à partir de 1620. La reconquête a permis au XVIIIe siècle la reconstruction démographique, tandis que la reconstruction économique, qui se limita au secteur primaire (mines et agriculture) permettait l'expansion de l'architecture baroque. Après 1760, une réglementation générale a assuré la protection de la paysannerie et l'éducation a été modernisée. Bien que, dans l'immédiat, les réformes de Joseph II se soient soldées par un échec, « l'Ami des hommes » a implanté le goût du progrès dans les élites éduquées.

Biographie

Jean Bérenger, spécialiste de l'histoire de l'Europe centrale, est professeur émérite à l'université de Paris Sorbonne. Il a enseigné de 1970 à 1984 à l'université de Haute Bretagne. Il a notamment publié : L'empereur Léopold 1er (1640-1705) fondateur de la puissance autrichienne, PUF, 2004, et Joseph II, serviteur de l'État, A. Fayard, 2007.

Du même auteur : Jean Bérenger