La lettre tue : spectre(s) de l'écrit fantastique

feuilleter

facebook twitter

Fiche technique

Format : Broché
Nb de pages : 267 pages
Poids : 388 g
Dimensions : 14cm X 24cm
Date de parution :
ISBN : 978-2-7574-0079-1
EAN : 9782757400791

La lettre tue

spectre(s) de l'écrit fantastique

de

chez Presses universitaires du Septentrion

Collection(s) : Objet

Paru le | Broché 267 pages

Public motivé

24.00 Disponible - Expédié sous 5 jours ouvrés
Ajouter au panier Frais de livraison

Quatrième de couverture

La Lettre tue

Spectre(s) de l'écrit fantastique

Le fantastique, l'a-t-on assez dit, serait de tout temps affaire de spéculation inventive et d'imagination luxuriante, de visions horrifiantes d'une improbable surnature et de figurations fuligineuses d'un intime irreprésentable, seules à même de générer un sentiment d'envoûtement mêlé d'effroi. C 'est ce présupposé en forme de poncif critique que la présente étude voudrait, sinon remettre en cause, tout au moins interroger et pondérer par une poétique dite « lettrale » passant le champ concerné au(x) spectre(s) de la lettre.

Car, contrairement à ce que tendent à laisser penser des kyrielles d'adaptation cinématographiques (dont certaines au demeurant admirables), les récits fondateurs du genre (Frankenstein, Dr. Jekyll & Mr. Hyde, Dracula) sont d'abord et surtout - et ce n'est pas un hasard - d'imposants dispositifs textuels laissant proliférer la lettre et l'écrit dans tous ses états, fût-ce à la faveur d'épiphanies délétères, voire mortifères.

En définitive, ce n'est rien de moins qu'une certaine performativité de la lettre fantastique que l'on s'attachera à mettre en lumière, à partir d'un corpus protéiforme (confrontant des époques, des aires linguistiques et des degrés de notoriété très variés) et à travers certains motifs clés : la pseudo-traduction à visée mystificatrice ; les variantes du livre maudit et du manuscrit trouvé ; l'écriture fictive de soi qui vient buter et s'oblitérer sur un impossible jemeurs, terme ultime de la lettre (qui) tue.

Biographie

Philippe Met
enseigne la littérature et le cinéma à l'Université de Pennsylvanie (États-Unis). Il est rédacteur en chef de la revue French Forum et a publié une cinquantaine d'articles, ainsi que plusieurs ouvrages dont Formules de la poésie. Études sur Ponge, Char, Leiris et Du Bouchet. Il achève actuellement un manuscrit sur l'esthétique et la phénoménologie des carnets poétiques, intitulé Fausses Notes.