La parole est aux accusés : histoire d'une jeunesse sous surveillance, 1950-1960
facebook twitter

Fiche technique

Format : Relié
Nb de pages : 190 pages
Poids : 1048 g
Dimensions : 22cm X 28cm
Date de parution :
ISBN : 978-2-84597-837-9
EAN : 9782845978379

La parole est aux accusés

histoire d'une jeunesse sous surveillance, 1950-1960

de ,

chez Textuel

Paru le | Relié 190 pages

Tout public

35.00 Disponible - Expédié sous 4 jours ouvrés
Ajouter au panier Frais de livraison

Quatrième de couverture

La parole est aux accusés

Histoires d'une jeunesse sous surveillance, 1950-1960

C'est grâce à des archives bouleversantes et totalement inédites que sont révélées ici les trajectoires de douze adolescents, six filles et six garçons, aux prises avec la justice au sortir de la guerre. Véronique Blanchard et Mathias Gardet, excellents connaisseurs des archives de la justice des mineurs, ont eu accès aux centaines de dossiers de deux centres d'observation, l'un à Savigny-sur-Orge (pour garçons) et l'autre à Chevilly-Larue (pour filles). Ces centres, qui dépendent du ministère de la Justice, détiennent des J.V., « jeunes à vérifier » issus très majoritairement des classes populaires, placés sur ordonnance du juge pour enfants.

Ces dossiers contiennent les écrits et les dessins des adolescents, soumis à de nombreux tests et exercices variés. La parole de l'administration y est consignée également : police, médecins, psychologues, éducateurs, assistantes sociales...

Le face-à-face entre les mots des jeunes et ceux des experts est d'une violence inouïe. Il en dit long sur les préjugés de classe, le sexisme et le racisme qui prévalent alors, conduisant à des décisions de justice aberrantes, lourdes de conséquences pour une jeunesse certes surveillée mais ni écoutée, ni entendue.

Biographie

Docteur en histoire, Véronique Blanchard est responsable du centre d'exposition « Enfants en justice » à Savigny-sur-Orge (École nationale de protection judiciaire de la jeunesse). Elle est co-autrice de Mauvaises filles, incorrigibles et rebelles (Textuel, 2016). Mathias Gardet est historien, professeur en sciences de l'éducation à l'université Paris 8-CIRCEFT. Ensemble ils ont publié Mauvaise graine : deux siècles d'histoire de la justice des enfants (Textuel, 2017).