La protection du patrimoine culturel au Congo-Brazzaville
facebook twitter

Fiche technique

Format : Broché
Nb de pages : 283 pages
Poids : 450 g
Dimensions : 16cm X 24cm
Date de parution :
ISBN : 978-2-343-10128-6
EAN : 9782343101286

La protection du patrimoine culturel au Congo-Brazzaville

de

chez L'Harmattan

Collection(s) : Cultures africaines

Paru le | Broché 283 pages

Public motivé

30.00 Disponible - Expédié sous 8 jours ouvrés
Ajouter au panier Frais de livraison

Quatrième de couverture

La protection du patrimoine culturel au Congo-Brazzaville

La protection du patrimoine culturel au Congo s'est largement inspirée du système français en raison de l'application de la législation française avant l'indépendance. En 1960, avec l'indépendance, la nouvelle élite congolaise, issue des écoles françaises, a opté pour un mimétisme juridique et institutionnel. Les premiers textes à illustrer ce mimétisme ont été la loi 32/65 du 12 août 1965 donnant à l'État la possibilité de créer des organismes tendant au développement de la culture et des arts et le décret 68-45 du 19 février 1968 fixant les modalités d'application de la loi 32/65 du 12 août 1965. Ce mimétisme a révélé des lacunes en raison de la non-prise en compte des réalités socio-culturelles congolaises. Dès lors, on a assisté, à la fin des années 1970, à une tentative d'élargissement de la conception du patrimoine avec la prise en compte de la conception traditionnelle à travers notamment l'affirmation de l'identité culturelle congolaise.

De nos jours, le Congo marque un grand intérêt pour la protection du patrimoine par les politiques de développement culturel et par l'adoption de deux textes majeurs : la loi n°8-2010 du 26 juillet 2010 portant protection du patrimoine national culturel et naturel et la loi n°9-2010 du 26 juillet 2010 portant orientation de la politique culturelle au Congo.

Biographie

Juriste, gestionnaire du patrimoine culturel, Ulrich Kévin Kianguebeni a fait des études de droit à l'université Marien de Brazzaville (Congo) et à l'université d'Orléans (France) où il a obtenu un doctorat en droit du patrimoine culturel.