La question yougoslave et l'Europe
facebook twitter

Fiche technique

Format : Broché
Nb de pages : 177 pages
Poids : 300 g
Dimensions : 14cm X 21cm
Date de parution :
ISBN : 978-2-84924-529-3
EAN : 9782849245293

La question yougoslave et l'Europe

de

chez Ed. du Cygne

Collection(s) : Frontières

Paru le | Broché 177 pages

Public motivé

18.00 Disponible - Expédié sous 6 jours ouvrés
Ajouter au panier Frais de livraison

Quatrième de couverture

La question yougoslave et l'Europe

Les questions yougoslave, allemande et européenne sont comparables à des poupées russes emboîtées les unes dans les autres. Dans la destruction de la Yougoslavie de 1991-1992 à 1999, le rôle de l'Allemagne tout récemment unifiée en 1989-1990 et, sous son impulsion déjà hégémonique, de la CEE, devenue Union européenne (UE), fut souvent négatif. Le paradoxe de cette destruction, c'est que la Yougoslavie refondée par Tito en 1945 après la défaite hitlérienne, bien plus nettement que la première Yougoslavie unifiée en 1918 sous une dynastie serbe victorieuse et centralisatrice, était - avec son séduisant socialisme autogestionnaire - « européenne » avant la lettre, trop peut-être pour son malheur : multinationale, pluriculturelle, fédérale, voire confédérale, et soucieuse de modernisation économique et d'ouverture sur le monde. Sous prétexte d'une « crise » persistante, l'intégration à l'UE des États ex-yougoslaves est à présent interrompue. D'où une coupure potentiellement néfaste entre les États déjà intégrés - Croatie et Slovénie - et ceux en attente plus ou moins sceptique d'intégration - Bosnie-Herzégovine, Macédoine, Monténégro et Serbie -, comme si perduraient les anciennes lignes de fracture entre Empires romains d'Occident et d'Orient, catholicisme et orthodoxie, Empire austro-hongrois et Empire ottoman ou encore capitalisme et socialisme ou communisme.

Biographie

Les travaux de Lucien Calvié (né en 1946 à Béliers), ancien élève de l'École normale supérieure (Ulm), agrégé d'allemand et professeur émérite à l'Université Jean-Jaurès de Toulouse, ont surtout porté sur la réception des révolutions françaises (1789, 1830) et sur les rapports entre politique, philosophie et littérature en Allemagne de 1789 à 1848. Il a publié en 2016 un livre remarqué sur La question allemande. Histoire et actualité.