La revue L'art sacré : le débat en France sur l'art et la religion (1945-1954)
facebook twitter

Fiche technique

Format : Broché
Nb de pages : 683 pages
Poids : 880 g
Dimensions : 15cm X 24cm
Date de parution :
ISBN : 978-2-204-08891-6
EAN : 9782204088916

La revue L'art sacré

le débat en France sur l'art et la religion (1945-1954)

de

chez Cerf

Collection(s) : Histoire

Paru le | Broché 683 pages

Public motivé

63.80 Momentanément indisponible - Délai fournisseur superieur à 30 jours

Quatrième de couverture

La revue

« L'art sacré »

Cet ouvrage fait écho aux débats très vigoureux qui ont habité le XXe siècle, sur les rapports entre la foi et la pratique religieuse et leur expression artistique. Née dans le catholicisme du XIXe siècle, relayée par quelques cénacles au début du XXe siècle, cette question a suscité dans la France de l'entre-deux-guerres une floraison de vocations - soutenues par les théories de Jacques Maritain ou de Maurice Denis - d'artistes « chrétiens » qui ambitionnaient de réaliser pour l'Église des oeuvres inscrites dans l'art de leur temps. Le surgissement, en 1950, très médiatisé, des églises d'Assy. de Vence et d'Audincourt, conçues ou ornées par de très grands artistes, donna une considérable audience à la question d'un art « sacré » contemporain.

La revue L'Art sacré se situe au coeur de cette histoire. Fondée en 1935 par Joseph Pichard, passée aux Éditions du Cerf en 1937, son orientation principale fut le fruit du travail de deux dominicains d'exception, Marie-Alain Couturier et Pie-Raymond Régamey. Durant les années décisives qui suivirent la Seconde Guerre mondiale et qui précédèrent le concile Vatican II, ils défendirent l'idée de la nécessité d'accueillir dans l'Église des oeuvres de haute spiritualité issues de l'art des grands créateurs. Cela heurtait aussi bien les tenants de l'art dit de « Saint-Sulpice », que ceux qui prônaient un art « moyennement » moderne. La « Querelle » qui en résulta enflamma une large part de la société.

L'ouvrage retrace l'histoire de la revue, et la complète de dossiers monographiques sur les pères Couturier et Régamey, sur la Commission d'art sacré de Besançon (ses membres, son action), et sur les lieux qui nourrirent la dispute : la Sainte-Baume, Assy, Vence, les Bréseux, Audincourt, Ronchamp. La présentation et l'analyse des débats et des réponses de l'institution mettent en évidence leurs enjeux profonds et soulignent leur actualité. Un index permet de repérer les auteurs et les articles de la revue ; il est complété par la présentation des principales personnes citées. Une partie documentaire illustre quelques-unes des dimensions - didactiques et esthétiques - de cette riche revue et donne aussi l'occasion de voir les visages des acteurs majeurs de l'histoire.

Biographie

« Formateur de formateurs », Françoise Caussé, professeur agrégée d'Arts plastiques, a enseigné dans les Écoles normales d'instituteurs de Douai et de Mont-de-Marsan, puis à l'Institut universitaire de formation des maîtres d'Aquitaine. Docteur en histoire de l'art, elle a soutenu, en 1999, à l'université de Bordeaux-III une thèse intitulée : « L'art, les artistes et la religion en France. Les débuts suscités par la revue " L'Art sacré ", entre 1945 et 1954 ».