La salle de bal
facebook google+ twitter

La salle de bal

de

chez Gallimard

Collection(s) : Du monde entier

22,00 En stock - Expédié lundi
Ajouter au panier Frais de livraison
traduit de l'anglais par Elodie Leplat

Roxane David (LIBRAIRIE L'UTOPIE)

La jolie histoire d'amour de la rentrée littéraire, celle d'Ella et de John, tout deux résidents à Sharston, asile d'aliénés dans le Yorskshire. De façon légère, l'auteure nous invite à une véritable réflexion sur l'eugénisme, que beaucoup des plus grands politiques de ce début de siècle approuvaient -on apprend notamment que Churchill était pour la stérilisation des "faibles d'esprit". Mais ce roman est surtout un véritable appel d'air, une ôde à la liberté, puisque ces deux héros que seule la salle de bal de l'asile réunit,  ne rêvent que de s'enfuir et de se retrouver...

Chronique Page des libraires, rédigée par Valérie Faucon Librairie Graffiti (Castres)

Deuxième sélection du Prix Femina 2017

 

À l’asile de Sharston, aux confins du Yorkshire, hommes et femmes vivent séparés par de hauts murs et des fenêtres grillagées. Les hommes travaillent dans les champs tandis que les femmes, confinées à l’intérieur, s’emploient à des tâches domestiques. Les règles de l’institution médicale sont rigides, le personnel se montre insensible envers ces supposés faibles d’esprit et ces « pauvres chroniques ». Un endroit où il n’est point de salut par la lecture. Un endroit difficile à quitter. « Il y a trois façons de sortir d’ici. Tu peux mourir... Tu peux t’enfuir... Ou tu peux les convaincre que tu es suffisamment saine d’esprit pour partir. » Contre toute attente, une vaste et magnifique salle de bal, où hommes et femmes se retrouvent tous les vendredis soirs pour danser, suffit à insuffler de l’espoir et apporter un moment de liberté éphémère à ces laissés-pour-compte. Là, au cœur d’un été caniculaire, se rencontrent Ella Fay, une fileuse de la classe ouvrière nouvellement arrivée, et John Mulligan, un Irlandais « mélancolique ». Quelques pas de danse, des lettres secrètement échangées... suffisamment de signes pour alerter le docteur Charles Fuller, un être frustré et ambitieux ! Nous sommes en 1911 et le Mental Deficiency Act est sur le point d’être voté par le gouvernement de Churchill. Le mouvement eugéniste enthousiasme dangereusement le médecin qui voit en John le cas idéal pour mettre en œuvre ses théories et expérimentations. Dans un roman subtilement construit comme une valse à trois temps où Ella, John et Charles tournoient à tour de rôle, Anna Hope écrit la partition de leurs états d’âme respectifs, de leurs désirs, de leurs obsessions, en faisant toujours preuve de compassion envers ses personnages. D’une plume élégante, elle déconstruit habilement notre vision de la folie.

En 1911 dans le Yorkshire, Ella Fay est internée à Sharston pour avoir brisé une vitre de la filature où elle travaillait depuis ses 12 ans. Révoltée puis résignée, elle participe chaque vendredi au bal des pensionnaires. Ella s'éprend alors de John, un Irlandais mélancolique. S'intéressant à l'eugénisme, le docteur Fuller décide de réformer l'asile. Grand prix des lectrices de Elle 2018 (roman). ©Electre 2018

Du même auteur : Anna Hope