La septième fonction du langage
facebook twitter

Fiche technique

Format : Broché
Nb de pages : 477 pages
Poids : 250 g
Dimensions : 11cm X 18cm
Date de parution :
ISBN : 978-2-253-06624-8
EAN : 9782253066248

La septième fonction du langage

de

chez Le Livre de poche

Collection(s) : Le Livre de poche

Paru le | Broché 477 pages

Poche
8.70 Disponible - Expédié sous 48h ouvrés
Ajouter au panier Frais de livraison

Les libraires en parlent

(Le comptoir des lettres)

Qui a tué Roland Barthes ?
En partant du constat que Barthes est mort assassiné, Laurent Binet nous emmène dans une enquête complètement déjantée qui nous fait découvrir l'univers des philosophes français des années 1980.

Un livre jouissif où se mêlent politique, réflexions philosophiques et humour.

UN PETIT BIJOU !

Quatrième de couverture

La septième fonction du langage

« Il a rencontré Giscard à l'Élysée, a croisé Foucault dans un sauna gay, a vu un homme en tuer un autre avec un parapluie empoisonné, a découvert une société secrète où on coupe les doigts des perdants, a traversé l'Atlantique pour récupérer un mystérieux document. Il a vécu en quelques mois plus d'événements extraordinaires qu'il aurait pensé en vivre durant toute son existence. Simon sait reconnaître du romanesque quand il en rencontre. » Roland Barthes meurt renversé par une camionnette le 25 février 1980. Et s'il s'agissait d'un assassinat ? Dans les milieux intellectuel et politique de l'époque, tout le monde est suspect. Jacques Bayard, commissaire de son état, et Simon Herzog, jeune sémiologue, mènent l'enquête.

Avis des lecteurs

Jacques A. le 12/04/2019

Malin, un peu trop

L'idée de base est astucieuse : Roland Barthes n'est pas mort accidentellement, mais parce qu'il était partie d'une très complexe manœuvre visant à… (je ne le révèle pas). Le livre vaut par ses portraits au vitriol, souvent amusants, des intellectuels de l'époque, de Sollers à Umberto Eco. Toutefois, tout en admirant la virtuosité de l'auteur, je trouve le résultat limité. Les caricatures sont ultrachargées, c'est drôle un moment, puis lassant. L'intrigue compliquée est bien menée, mais l'explication finale la rend un peu vaine. À lire si vous avez la nostalgie des années 70 et aimez Tintin.

Du même auteur : Laurent Binet