La serpe
facebook twitter

La serpe

de

chez Julliard

Paru le | Broché sous jaquette 643 pages

Grand format Livre broché
23.00 Disponible - Expédié sous 6 à 10 jours ouvrés - COVID oblige
Ajouter au panier Frais de livraison
Ce livre est également présenté dans nos sélections :

Nathalène Goossens (Atout Livre)

Avec un talent d'enquêteur incomparable et un art de la digression humoristique inégalé, Philippe Jaenada fait revivre le Périgord des années 40 et le château d'Escoire, haut lieu d'un fait divers sanglant. Partez sur les traces du sulfureux Henri Girard, alias Georges Arnaud , auteur du célèbre "Salaire de la peur" adapté  au cinéma par Clouzot ...

Chronique Page des libraires, rédigée par Léopoldine Raynal Librairie Gutenberg (Issy-les-Moulineaux)

Pourquoi lit-on un Jaenada ? Parce qu’avec lui, on a l’impression d’être avec un vieil ami à pouffer en s’avouant nos faiblesses. Dans La Serpe, comme dans Sulak et La Petite Femelle (Points), il nous raconte une histoire vraie puis en déconstruit la connaissance que nous en avons. Henri Girard, plus connu sous le nom de Georges Arnaud, auteur du Salaire de la peur, est accusé à 24 ans d’avoir commis un triple homicide, celui de son père, de sa tante et de la bonne. Absolument tout l’accable mais, défendu par Maurice Garçon, grand ami de son père, il est acquitté. Une chose titille Jaenada : comment Maurice Garçon aurait-il pu défendre l’assassin de son meilleur ami ? Il devait le penser innocent. Alors, l’auteur part enquêter à son tour. On est totalement pris par les rouages aberrants de l’enquête policière, les omissions, les arrangements, et par cet homme démesuré, brillant et complètement désarçonné. On retrouve avec plaisir le second degré si humain, si trivial de Philippe Jaenada. Un très beau prix Femina !

Un matin d'octobre 1941, dans un château sinistre au fin fond du Périgord, Henri Girard appelle au secours : dans la nuit, son père, sa tante et la bonne ont été massacrés à coups de serpe. Il est le seul survivant. Toutes les portes étaient fermées, aucune effraction n'est constatée. Dépensier, arrogant, violent, le jeune homme est l'unique héritier des victimes. Deux jours plus tôt, il a emprunté l'arme du crime aux voisins. Pourtant, au terme d'un procès retentissant (et trouble par certains aspects), il est acquitté et l'enquête abandonnée. Alors que l'opinion publique reste convaincue de sa culpabilité, Henri s'exile au Venezuela. Il rentre en France en 1950 avec le manuscrit du Salaire de la peur, écrit sous le pseudonyme de Georges Arnaud.

Jamais le mystère du triple assassinat du château d'Escoire ne sera élucidé, laissant planer autour d'Henri Girard, jusqu'à la fin de sa vie (qui fut complexe, bouillonnante, exemplaire à bien des égards), un halo noir et sulfureux. Jamais, jusqu'à ce qu'un écrivain têtu et minutieux s'en mêle...

Un fait divers aussi diabolique, un personnage aussi ambigu qu'Henri Girard ne pouvaient laisser Philippe Jaenada indifférent. Enfilant le costume de l'inspecteur amateur (complètement loufoque, mais plus sagace qu'il n'y paraît), il s'est plongé dans les archives, a reconstitué l'enquête et déniché les indices les plus ténus pour nous livrer ce récit haletant dont l'issue pourrait bien résoudre une énigme vieille de soixante-quinze ans.
Henri Girard est accusé en 1941 d’avoir assassiné son père, sa tante et leur bonne dans leur château près de Périgueux. Il est emprisonné durant dix-neuf mois. Un as du barreau de l’époque obtient son acquittement. Henri dilapide la fortune familiale et s’exile en Amérique latine, avant de revenir sous le pseudonyme de Georges Arnaud pour publier "Le salaire de la peur". Prix Femina 2017. ©Electre 2021
Format : Broché sous jaquette
Nb de pages : 643 pages
Poids : 740 g
Dimensions : 14cm X 23cm
Date de parution :
ISBN : 978-2-260-02939-7
EAN : 9782260029397

Du même auteur : Philippe Jaenada