La terre qui les sépare

feuilleter

facebook twitter

Fiche technique

Format : Broché
Nb de pages : 342 pages
Poids : 182 g
Dimensions : 11cm X 18cm
Date de parution :
ISBN : 978-2-07-279405-6
EAN : 9782072794056

La terre qui les sépare

de

chez Gallimard

Collection(s) : Folio

Paru le | Broché 342 pages

Poche
8.10 Disponible - Expédié sous 10 jours ouvrés
Ajouter au panier Frais de livraison

traduit de l'anglais par Agnès Desarthe


Les libraires en parlent

(LE COMPTOIR DES MOTS)

La lecture d'Un mois à Sienne d'Hisham Matar nous a donné envie de poursuivre dans une œuvre à la fois sensible, éclatante et poétique.

Grand opposant à Khadafi, le père d'Hisham Matar a disparu dans les geôles libyennes en 1990. De l'histoire de cette disparition, Hisham Matar tire un superbe récit sur la puissance des liens filiaux, de la transmission et de la littérature.

()

Beaucoup de pudeur et de délicatesse dans ce sublime roman.

Un magnifique message d'amour d'un fils à son père, une quête de liberté impressionnante.


()

Beaucoup de pudeur et de délicatesse dans ce sublime roman.

Un magnifique message d'amour d'un fils à son père, une quête de liberté impressionnante.


Quatrième de couverture

Hisham Matar

La terre qui les sépare

En 1990, Hisham Matar a dix-neuf ans lorsque son père Jaballa, opposant au régime autoritaire libyen, est enlevé par les services secrets égyptiens et emprisonné dans son pays natal. La famille reçoit quelques lettres, envoyées secrètement, jusqu'à ce que toute correspondance cesse. Vingt et un ans plus tard, lors de la chute de Kadhafi, les détenus sont libérés par le peuple mais Jaballa reste introuvable.

Hisham Matar a mené l'enquête pendant des années, d'ONG en ambassades, allant jusqu'à rencontrer Mandela et le fils de Kadhafi. Dans ce récit consacré à son père, il livre l'histoire poignante de sa famille et dresse le portrait subtil d'une Libye prise dans la tourmente de la dictature.

« Un récit somptueux sur les pères et les fils, le deuil, le rôle de l'art pour comprendre, l'exil. »
Marie-Laure Delorme, Le Journal du dimanche

Du même auteur : Hisham Matar