La vérité attendra l'aurore
facebook google+ twitter

La vérité attendra l'aurore

de

chez Lattès

18,00 En stock - Expédié lundi
Ajouter au panier Frais de livraison

Thierry LIMON DUPARCMEUR (LIBRAIRIE SAINTE-HORTENSE)

La vérité attendra l’aurore
Akli Tadjer
Ed. Jean-Claude Lattès

Mohammed est ébéniste à Paris. Il a grandi à Gentilly. Une enfance simple mais heureuse. Un père un peu trop porté sur la boisson, une mère nostalgique de leur Algérie natale, pas beaucoup d’argent, mais de jolis souvenirs aussi, en famille puis avec Nelly, sa petite amie, au cinéma du quartier, le Gaîté-Palace.

Et ce récit, justement, se lit comme on regarderait un film, un récit au présent entrecoupé de nombreux flashbacks, un récit étonnamment paisible et tendre, un récit qui pourtant, progressivement, rouvrira les cicatrices du passé, pour dépeindre, tout en pudeur, les douleurs profondes du narrateur.

Dans sa simplicité, ce roman se pare, humblement, d’une dimension philosophique. C’est, d’abord, une réflexion sur la vie. Sur ses petits plaisirs comme sur ses grandes fêlures. Sur la fragilité de la destinée humaine, sur le temps qui passe, ou qui ne passe pas, et qui fait que chacun est ce qu’il est, à chaque instant de la vie.

L’auteur, derrière son narrateur, raconte sans juger, mais jamais sans aimer.

Mon regard est attiré par une photo. Ça fait des années que je ne l'avais pas vue, que je ne voulais pas la voir. Elle a été prise le 11 août 1993. Je suis avec Lyes au Cap Carbon, une station balnéaire sur la corniche kabyle. Nous devions fêter ses vingt ans, ce soir-là. Lyes ne fêtera jamais son anniversaire.

Mohamed, ébéniste au passage du Grand-Cerf à Paris, ne s'est jamais remis de la disparition de son frère Lyes, en Algérie, pendant les années barbares. Tombés tous deux dans un piège tendu par les Combattants de l'Islam, seul Mohamed est parvenu à s'enfuir. Vingt-cinq ans plus tard, il reçoit sur son compte Facebook un étrange message de Houria, une jeune femme qui habite Alger...
Mohamed, ébéniste au passage du Grand-Cerf à Paris, ne s’est jamais remis de la disparition de son frère Lyes, en Algérie, pendant les années barbares. Tombés tous deux dans un piège tendu par les Combattants de l’islam, seul Mohamed avait réussi à s’enfuir. Vingt-cinq ans plus tard, il reçoit sur son compte Facebook un étrange message de Houria, une jeune femme qui habite Alger. ©Electre 2018

Du même auteur : Akli Tadjer