La violence nazie, une généalogie européenne

feuilleter

facebook twitter

Fiche technique

Format : Broché
Nb de pages : 190 pages
Poids : 214 g
Dimensions : 13cm X 20cm
Date de parution :
EAN : 9782913372146

La violence nazie, une généalogie européenne

de

chez la Fabrique

Paru le | Broché 190 pages

Public motivé

13.20 Disponible - Expédié sous 6 jours ouvrés
Ajouter au panier Frais de livraison

Quatrième de couverture

La violence nazie ne doit rien au hasard : elle a une généalogie, qui n'est pas spécifiquement allemande, et un laboratoire, l'Europe libérale du XIXe siècle. Les camps d'extermination sont l'aboutissement d'un long processus de déshumanisation et d'industrialisation de la mort, amorcé par la guillotine et qui a progressivement intégré la rationalité du monde moderne, celle de l'usine, de la bureaucratie, de la prison. On peut trouver les origines culturelles du nazisme dans le «racisme de classe» qui triomphe après la Commune, dans le discours impérialiste sur l'«extinction des races inférieures» visant à légitimer les génocides coloniaux, enfin dans l'émergence d'une nouvelle image du juif - axée sur la figure de l'intellectuel - comme métaphore d'une maladie du corps social. Le nazisme réalisera la convergence entre ces différentes sources matérielles et idéologiques. Auschwitz se révèle ainsi - et c'est là que réside, selon Enzo Traverso, sa singularité - comme la synthèse d'un ensemble de modes de pensée, de domination et d'extermination profondément inscrits dans l'histoire occidentale.

Biographie

Enzo Traverso enseigne les sciences politiques à l'université de Picardie Jules Verne. Parmi ses derniers travaux, L'Histoire déchirée. Essai sur Auschwitz et les intellectuels, Cerf, Paris, 1997 et Le totalitarisme. Le XXe siècle en débat, Seuil, Paris, 2001.