LaRose
facebook twitter

LaRose

de

chez Albin Michel

Collection(s) : Terres d'Amérique

Paru le | Broché sous jaquette 511 pages

Grand format Livre broché
24.00 Disponible - Expédié sous 6 à 10 jours ouvrés - COVID oblige
Ajouter au panier Frais de livraison

traduit de l'américain par Isabelle Reinharez


Chronique Page des libraires, rédigée par Sarah Mossman Librairie Le Bel Aujourd’hui (Tréguier)

Les mères des garçons, Dusty et LaRose, sont demi-sœurs, bien que l’une soit Ojibwe et l’autre blanche. Ces familles sont plutôt proches malgré quelques différences discrètement soulignées : Dusty et sa grande sœur sont scolarisés dans une école principalement blanche ; tandis que la nombreuse fratrie de LaRose fréquente l’école de la réserve et mène une existence joyeusement chaotique dans une maison défraîchie. Les pères respectifs chassent souvent ensemble, mais Landreaux est seul le jour où il découvre qu’il a tiré sur Dusty. Malgré ses antécédents avec l’alcool et les drogues, Landreaux n’était pas sous influence au moment des faits. Après les funérailles, par contre, il se soûle, presque cérémonieusement. Il cherche aussi une réponse à l’aide des plantes-médecines et la sagesse de ses ancêtres qui lui fournissent une vision de l’acte de réparation à suivre. C’est ainsi qu’il décide de donner son fils LaRose à la famille en deuil. Depuis plus de quatre générations, ce prénom LaRose appartient aux guérisseuses de la famille. Fidèle à la tradition, ce petit LaRose de cinq ans aide ces familles à trouver le chemin vers l’amour et le pardon, par son assurance attachante, ses dons et son amour inconditionnel. Le décès tragique de Dusty ravive douleurs et souvenirs plus anciens, dépeints avec tendresse et parfois humour par la multitude des récits familiaux. Un homme dérobe des médicaments auprès de personnes âgées qui se vengent de façon insolite. Deux jeunes fuient un pensionnat destiné à l’intégration forcée des populations indiennes. Par son écriture riche, teintée de réel merveilleux, l’Amérindienne Louise Erdrich donne voix aux blessures ancestrales de chaque génération.

LaRose

Dakota du Nord, 1999. Un vent glacial souffle sur la plaine et le ciel, d'un gris acier, recouvre les champs nus d'un linceul. Ici, des coutumes immémoriales marquent le passage des saisons, et c'est la chasse au cerf qui annonce l'entrée dans l'automne. Landreaux Iron, un Indien Ojibwé, est impatient d'honorer la tradition. Sûr de son coup, il vise et tire. Et tandis que l'animal continue de courir sous ses yeux, un enfant s'effondre. Dusty, le fils de son ami et voisin Peter Ravich, avait cinq ans.

Ainsi débute le nouveau roman de Louise Erdrich, couronné par le National Book Critics Circle Award, qui vient clore de façon magistrale le cycle initié avec La Malédiction des colombes et Dans le silence du vent. L'auteur continue d'y explorer le poids du passé, de l'héritage culturel, et la notion de justice. Car pour réparer son geste, Landreaux choisira d'observer une ancienne coutume en vertu de laquelle il doit donner LaRose, son plus jeune fils, aux parents en deuil. Une terrible décision dont Louise Erdrich, mêlant passé et présent, imagine avec brio les multiples conséquences.
Dakota du Nord, 1999. Au cours d'une partie de chasse, Landreaux Iron tue accidentellement Dusty, le fils de 5 ans de son ami Peter Ravich. Horrifié, il décide de respecter une ancienne coutume de sa tribu indienne et offre son plus jeune fils, LaRose, aux parents en deuil. Cette décision, mise en parallèle avec un événement similaire survenu dans les années 1840, bouleverse les deux familles. ©Electre 2020
Format : Broché sous jaquette
Nb de pages : 511 pages
Poids : 554 g
Dimensions : 15cm X 21cm
Date de parution :
ISBN : 978-2-226-32598-3
EAN : 9782226325983

Du même auteur : Louise Erdrich