Le capital déteste tout le monde
facebook twitter

Le capital déteste tout le monde

fascisme ou révolution

de

chez Amsterdam

Paru le | Broché 178 pages

Public motivé

Grand format Livre broché
14.00 Disponible - Expédié sous 3 à 6 jours ouvrés
Ajouter au panier Frais de livraison

Nous vivons des temps apocalyptiques. Dans le magma des événements du monde, une alternative politique se dessine : fascisme ou révolution. Le fascisme, c'est ce vers quoi nous entraîne le cours de démocraties de moins en moins libérales, de plus en plus soumises à la loi du capital. Depuis les années 1970, celui-ci est entré dans une logique de guerre. Ainsi est-il devenu, par la puissance que lui confère la financiarisation, une force politique vouée à la destruction des liens sociaux, des individus, des ressources et des espèces.

Cette offensive fut rendue possible par la fin du cycle des révolutions. Mais tandis qu'elle s'opérait, les pensées critiques annonçaient la pacification des relations sociales et l'avènement d'un nouveau capitalisme, plus doux, plus attentif au confort des travailleurs. Aujourd'hui, des prophètes de la technologie nous vantent même une résolution de la crise climatique ou une sortie du capitalisme par les moyens du capital. Contre ces consolations illusoires et face au fascisme qui s'installe, il est urgent de retrouver le sens des affrontements stratégiques, de reconstruire une machine de guerre révolutionnaire. Puisque le capital déteste tout le monde, tout le monde doit détester le capital.
Une analyse théorique et politique de la période post-mai 1968 à travers les liens entre les politiques néolibérales et les néofascismes dans le monde occidental. Selon l'auteur, la gauche occidentale doit réintégrer la guerre dans sa réflexion politique afin de renouer avec la notion d'affrontements stratégiques dans l'horizon de la révolution. ©Electre 2020
Format : Broché
Nb de pages : 178 pages
Poids : 235 g
Dimensions : 14cm X 20cm
Date de parution :
ISBN : 978-2-35480-190-8
EAN : 9782354801908

Du même auteur : Maurizio Lazzarato