Le communisme primitif n'est plus ce qu'il était : aux origines de l'oppression des femmes
facebook twitter

Fiche technique

Format : Broché
Nb de pages : 463 pages
Poids : 580 g
Dimensions : 14cm X 21cm
Date de parution :
ISBN : 978-2-9528276-1-4
EAN : 9782952827614

Le communisme primitif n'est plus ce qu'il était

aux origines de l'oppression des femmes

de

chez Smolny

Paru le | Broché 463 pages

Public motivé

20.00 Indisponible

Quatrième de couverture

Le communisme primitif n'est plus ce qu'il était

Lorsqu'en 1877, l'anthropologue Lewis Morgan publia sa Société archaïque, Marx et Engels s'enthousiasmèrent pour ce qui représentait à leurs yeux le premier cadre théorique permettant de comprendre les sociétés primitives et, par extension, la préhistoire des sociétés de classes. Dans son célèbre ouvrage L'Origine de la famille, de la propriété privée et de l'État, rédigé sept ans plus tard, Engels en prolongeait les principales conclusions. Il établissait ainsi sur l'évolution de la famille et l'origine de l'oppression des femmes ce qui allait devenir la référence marxiste. Or, en plus d'un siècle, découvertes ethnologiques et archéologiques se sont accumulées, les fragments épars dont on disposait alors laissant place à une vaste fresque. Malheureusement les tentatives d'actualiser la contribution d'Engels sur la base de ces nouveaux matériaux ont été bien rares.

Tel est l'objectif poursuivi par cet essai au travers d'un examen didactique des relations très diverses que les hommes - et les femmes - ont nouées depuis les temps les plus anciens. Tout en relevant sans complaisance les nombreuses conceptions dépassées de l'Origine de la famille, cette enquête suggère que la méthode matérialiste et critique proposée par Marx et Engels pourrait bien rester la meilleure clé pour pénétrer le lointain passé des sociétés humaines et mettre à jour la racine de l'inégalité des sexes, inégalité qui perdure au coeur de nos civilisations modernes.

Biographie

Christophe Darmangeat, docteur en Sciences Économiques, enseigne à l'Université Paris 7 Denis Diderot depuis 1992. Au cours des dernières années, il a orienté ses recherches vers les questions liées à l'anthropologie sociale et à l'économie des sociétés primitives.