Le déchirement : formes et figures de la Zerrissenheit dans les lettres et la pensée allemandes
facebook twitter

Fiche technique

Format : Broché
Nb de pages : 355 pages
Poids : 370 g
Dimensions : 14cm X 22cm
Date de parution :
EAN : 9782296009516

Le déchirement

formes et figures de la Zerrissenheit dans les lettres et la pensée allemandes

chez L'Harmattan

Collection(s) : Les mondes germaniques

Paru le | Broché 355 pages

Public motivé

30.00 Disponible - Expédié sous 8 jours ouvrés
Ajouter au panier Frais de livraison

avec la collaboration de Emmanuel Béhague, Danièle Beltran-Vidal, Lucien Calvié et al.


Quatrième de couverture

Le déchirement

« Zerrissenheit » : le terme allemand paraît aller de soi, surtout si l'on songe à Heinrich Heine qui l'a érigé en catégorie d'analyse du moi et du monde. Pourtant, une fois précisée ainsi ce qui est une émergence historique possible du vocable, il s'est avéré fécond d'analyser les diverses occurrences que la notion de « déchirement » a ensuite essaimées dans les lettres et la pensée des pays de langue germanique.

Cette aire géo-linguistique est parcourue dans toute son ampleur. Sont explorées des formes et des figures symptomatiques de la susceptibilité nerveuse, de la mélancolie, de la conscience aiguë de la finitude caractérisant, du XIXe au XXIe siècle, ce « déchirement » tragique chez des auteurs qui le transformèrent en une « déchirure » nécessaire, une naissance à soi, un accès à la liberté créatrice.

Les genres abordés recouvrent littérature, civilisation et histoire des idées. De Friedrich Schlegel à Kerstin Specht et au théâtre contemporain. Du dilemme qui déchire un Alfred Meißner ou un Moritz Hartmann aux ambiguïtés de l'opposition nationale-conservatrice ou de l'Église protestante face à Hitler. Chez Eduard Mörike et Theodor Storm, chez Hermann Broch et Ludwig Winder, chez les frères Jünger et Gregor von Rezzori, ou encore chez Henriette Hardenberg et Paul Celan.

Ces contributions, offrant une lecture croisée et des comparaisons suggestives, dressent le bilan d'une notion qui n'a cessé, près de deux siècles durant, de donner lieu, dans les mentalités et les textes, aux manifestations les plus diversifiées.