Le plancher de Joachim
facebook twitter

Le plancher de Joachim

l'histoire retrouvée d'un village français

de

chez Belin

Collection(s) : Collection Histoire

Paru le | Broché 253 pages

Public motivé

Grand format Livre broché
24.00 Disponible - Expédié sous 11 jours ouvrés
Ajouter au panier Frais de livraison

()

Les propriétaires du château de Picomtal dans les Hautes-Alpes, ont eu une sacrée surprise, au début des années 2000, lorsqu’ils ont voulu faire rénover le plancher de leur propriété ! L’artisan qui avait fixé les lattes, cent vingt ans plus tôt, y a inscrit au revers ses réflexions et observations, pour un lecteur futur... Joachim, tel est son nom, nous livre un témoignage précieux sur le quotidien des artisans du XIXe, mais aussi sur la vie d’un petit village, bouleversée par les débuts de la Révolution industrielle. Le tout est assorti de conseils de sagesse, d’observations sur le comportement de son entourage, et même de quelques révélations de lourds secrets... L’historien Jacques-Olivier Boudon a pu travailler sur ce plancher et nous en offre un essai fantastique !

Chronique Page des libraires, rédigée par Iris Petit Médiathèque de Tarentaize (Saint-Étienne)

On dit que beaucoup de vieux châteaux recèlent un trésor caché. Celui du château de Picomtal, dans les Hautes-Alpes, est bien moins banal que les traditionnelles pièces d’or enfouies dans la cave. En effet, lors de la réfection du plancher du château au début des années 2000, des écrits au crayon apparaissent sur la face jusqu’alors dissimulée des planches. Il s’agit du « journal intime » de Joachim Martin, charpentier au village voisin de Crottes, qui, sur une période indéterminée, a rédigé ses observations et réflexions avant de poser les lames. Au fil de ses phrases, c’est la vie du village qui s’étale, avec ses jalousies, ses malversations et ses frasques sexuelles. Malgré la réputation puritaine de l’époque, de nombreux adultères et autres dépravations furent commis dans ce cadre rural, jusqu’à l’infanticide. Chacun sachant pertinemment qu’il avait intérêt à taire les turpitudes de ses voisins, afin qu’ils gardent le silence sur les siennes propres. Joachim fait aussi preuve d’une certaine conscience sociale, voire politique : il témoigne du coût de la vie quotidienne et de la dure condition des ouvriers. Parfaitement conscient qu’un jour ses mots seraient lus, il interpelle le lecteur en ces termes : « Heureux mortel, quand tu me liras, je ne serai plus », une ébauche de réflexion philosophique sur l’aspect éphémère de la vie humaine, au contraire de la persistance de l’écrit. Ces soixante-douze planches annotées constituent un matériau brut d’une très grande valeur pour les historiens, ainsi que pour les curieux des mœurs de cette époque confrontée aux changements apportés par le progrès technique. Et il n’est pas incongru de penser que les planchers d’autres pièces du château apporteront peut-être un jour encore plus d’éléments aux confessions de Joachim.

Le plancher de Joachim

L'histoire retrouvée d'un village français

À quelques kilomètres d'Embrun dans les Hautes-Alpes, sur les bords du lac de Serre-Ponçon, s'élève un château aux allures médiévales, le château de Picomtal. Au début des années 2000, les propriétaires découvrent, au revers des planchers qu'ils sont en train de rénover, des inscriptions tracées à la mine de plomb. Cent vingt ans plus tôt, vers 1880, Joachim Martin, menuisier, a écrit au dos des lattes qu'il a lui-même solidement clouées au sol.

Ses confessions revêtent un caractère exceptionnel. L'homme sait qu'il ne sera lu qu'après sa mort. Il adresse un message outre-tombe et parle de lui, de ses angoisses, de sa famille, de ses voisins. Il décrit une société villageoise bouleversée par l'arrivée du chemin de fer, l'exode rural, les crises politiques, l'enracinement de la République. Il livre surtout les secrets les plus lourds et parfois les plus intimes des uns et des autres. Joachim Martin s'avère un témoin passionnant des moeurs souvent cachées de son temps. À travers ses écrits hors du commun, c'est aujourd'hui toute une époque qui revit.
Au cours de la rénovation du château de Picomtal, près d'Embrun, des inscriptions ont été découvertes sous les parquets. Joachim Martin, menuisier au début des années 1880, s'est confié par ce biais. Il évoque sa vie familiale ainsi que la vie du village et les secrets de chacun, liés notamment à la sexualité et aux moeurs, traçant la chronique intime d'une époque. Prix Georges Goyau 2018. ©Electre 2021
Format : Broché
Nb de pages : 253 pages
Poids : 388 g
Dimensions : 15cm X 22cm
Date de parution :
ISBN : 978-2-410-00603-2
EAN : 9782410006032

Du même auteur : Jacques-Olivier Boudon