Le rêve du retour
facebook google+ twitter

Le rêve du retour

de

chez Métailié

Collection(s) : Bibliothèque hispano-américaine

Paru le | Broché 155 pages

Grand format Livre broché
17.00 Expédié sous 3 à 6 jours ouvrés
Ajouter au panier Frais de livraison

traduit de l'espagnol (Salvador) par René Solis


()

Un journaliste salvadorien exilé au Mexique décide de rentrer au pays pour lancer un projet de revue.

La perspective du retour déclanche chez ce narrateur alcoolique et hypocondriaque des angoisses qui dérèglent son organisme. Il entame alors des séances d'hypnose afin d'éclairer les origines profondes de son inquiétude, en remontant aux premières années de son existence.

Ce rêve du retour prend rapidement des allures de fuite et de dérobade pour ce narrateur dont l'indécision et la lâcheté sont abordés avec un cynisme réjouissant.

C'est un récit qui nous raconte avec humour et brio la peur de l'engagement, tant politique que sentimental, à travers l'histoire nébuleuse du Salvador dans les années 70 et à travers l'effondrement d'un couple.

Un roman drôle et intelligent dont il faut souligner l'excellente traduction qui colle parfaitement à l'odieuse personnalité du narrateur!

Chronique Page des libraires, rédigée par Claire Lesobre Librairie Entre les lignes (Creil)

Erasmo Aragon, journaliste salvadorien exilé au Mexique, ne rêve que d’une chose : rentrer au pays en profitant des négociations qui débutent entre le gouvernement du Salvador et la guérilla. Il y voit au moins deux avantages : abandonner sa femme et sa fille (l’annonce de son projet de partir n’ayant fait qu’empirer la situation !) et retrouver son médecin Don Chente, qui vient de rentrer précipitamment au pays. Alors qu’il se fait soigner pour une douleur chronique au foie (la moindre des choses pour un alcoolique assumé), son médecin lui prescrit des séances d’hypnose dont il ne se rappelle rien. Mais peu à peu, des souvenirs refont surface, de manière hachée et peu glorieuse. La disparition de son médecin amplifie encore ses angoisses, déjà décuplées par l’alcool. Cet anti-héros au comportement contradictoire, velléitaire et égoïste, voire paranoïaque, nous entraîne de cuites mémorables en crise de nerfs, de discussions de comptoirs en déceptions sans cesse rabâchées, et nous montre autant le chaos de l’homme que le chaos de la situation politique de la région.

Le rêve du retour

Au début des années 90, le gouvernement du Salvador et la guérilla entament des négociations ; Erasmo Aragón, journaliste salvadorien exilé au Mexique, songe à regagner son pays d'origine, ce qui lui permettrait également de planter là sa femme et sa fille qui l'énervent prodigieusement. Dans l'attente du départ, il vit dans un état second, entre les vapeurs de l'alcool et les bouffées d'angoisse, hanté par des souvenirs confus et la peur d'être arrêté à sa descente de l'avion. Souffrant d'une douleur chronique au foie, il consulte don Chente Alvarado, un vieux médecin qui lui prescrit des séances d'hypnose censées le soulager, dont au réveil il ne se rappelle rien.

Paranoïaque, égoïste, velléitaire, le narrateur nous entraîne dans un flot de phrases au bord de la crise de nerfs, de soirées arrosées en lendemains de cuites, obsessionnel jusqu'à la déraison. Avec ce roman brillant, Castellanos Moya continue sa grande exploration de la violence, ici incrustée au plus profond de l'individu, comme si la guerre habitait les corps bien longtemps après la fin des hostilités.

« Ce roman a l'intense vigueur des grandes fictions. » New York Times
Erasmo Aragon, journaliste salvadorien, est exilé au Mexique. Au début des années 1990, il espère rejoindre le Salvador. Excédé par son épouse, hanté par ses souvenirs, coincé par son addiction à l'alcool et terrifié par une douleur à l'estomac, il consulte le vieux médecin don Chente Alvarado qui lui prescrit des séances d'hypnose. Un roman introspectif qui explore la paranoïa et l'obsession. ©Electre 2019
Format : Broché
Nb de pages : 155 pages
Poids : 222 g
Dimensions : 14cm X 22cm
Date de parution :
EAN : 9791022601467

Du même auteur : Horacio Castellanos Moya