Le roman de la politique
facebook twitter

Le roman de la politique

de

chez la Fabrique

Paru le | Broché 220 pages

Tout public

Grand format Livre broché
15.00 Disponible - Expédié sous 3 à 6 jours ouvrés
Ajouter au panier Frais de livraison

(L'Atelier)


"Je songe avec une nostalgie sans honte à ces années : sans doute parce que pour moi le malheur y était inconnu. Mais aussi parce que s'y trouvait réuni ce qui pour moi donne sel à la vie : une constance que les temps de calme ou de compréhension ignorent. Et la certitude de trouve l'autre là où on l'a laissé, aux carrefours d'une conviction partageable, d'un élan dont le tremplin est en face. Alors que nul,sauf la politique, ne revient aux rendez-vous, qu'il n'y a plus de lois de l'Histoire pour conduire. Sauf aussi l'ami(e). Qui maintient alors? Ni seulement le goût, ou le caractère, ou la curiosité née de l'opposition des caractères, ni le libre arbitre. Mais quelque chose...qui s'appelle amitié."(p.39)



Il y en a beaucoup, de nos jours, des romans politiques. On dirait même, que par un curieux retournement,"politique" est une valeur ajoutée aux publications contemporaines, un surplus qu'il faut ajouter pour qu'un roman compte.

Ce roman là, c'est toute autre chose, il ne contente pas d'être "politique", mais il raconte la détermination d'une vie à travers quelques séquences politiques du marxisme-léninisme aux groupes maoïstes d'après mai-68, aux enquêtes et aux luttes avec des collectifs d'ouvriers sans papiers, cherchant du début à la fin "la politique en partage". Il a la vérité, la beauté d'une plume et la constance d'une vie toute entière prise par  la politique et l'amitié (avec Alain Badiou et Sylvain Lazarus), . Natacha Michel partage par le roman d'une vie, le parcours d'une époque et de multiples tentatives pour construire des possibles pour la justice et l'égalité, "alors la nuit s'abrégeait". 


On peut penser, en écho au titre, à ce que disait Ernst Bloch en 1923 (dans l'esprit de l'utopie : Karl Marx, la mort et l'apocalypse) à propos des buts ultimes du communisme (que l'on se permet ici de féminiser) : "donner, en dehors des heures de travail, à chaque homme et femme sa misère, son ennui, son indigence, sa pénurie et sa pénombre propres, sa lumière ensevelie, appelante, lui donner une vie à la Dostoïevski, afin qu'avant tout il ou elle soit en accord avec soi, avec son engagement moral et politique"







Le passé est-il la fosse commune d'une vie ? Je ne le crois pas. Il est un jardin où continuent à pousser les fleurs du souvenir. Ma vie avec la politique est si présente en moi que j'ai tenté de la décalquer dans ce livre. Comment pendant quarante années, au travers de deux organisations, Sylvain Lazarus, Alain Badiou et moi-même, avec nos camarades, nous avons voulu rendre justice à notre temps. Notre temps fut celui de ceux que l'on nomma les maos. À savoir ceux qui, devant la catastrophe que fut l'URSS, cherchèrent une autre voie pour la justice et l'égalité. Avec les ouvriers d'usine, les gens des quartiers et l'épopée des sans-papiers. Alors la nuit s'abrégeait.
N. Michel relate sa vie et ses expériences politiques, du mouvement contre la guerre du Vietnam jusqu'à son militantisme au sein de l'Organisation politique, parti dont elle a contribué à la création, en passant par son refus d'appartenir à la Gauche prolétarienne ainsi que sa proximité avec S. Lazarus et son amitié avec A. Badiou. Au fil du récit, se dégagent diverses considérations théoriques. ©Electre 2020
Format : Broché
Nb de pages : 220 pages
Poids : 184 g
Dimensions : 11cm X 17cm
Date de parution :
ISBN : 978-2-35872-201-8
EAN : 9782358722018

Du même auteur : Natacha Michel