Les bienveillantes

feuilleter

facebook twitter

Fiche technique

Format : Broché
Nb de pages : 1401 pages
Poids : 676 g
Dimensions : 11cm X 18cm
Date de parution :
ISBN : 978-2-07-035089-6
EAN : 9782070350896

Les bienveillantes

de

chez Gallimard

Collection(s) : Folio

Paru le | Broché 1401 pages

Poche
14.60 Disponible - Expédié sous 10 jours ouvrés
Ajouter au panier Frais de livraison

Quatrième de couverture

Les Bienveillantes

« En fait, j'aurais tout aussi bien pu ne pas écrire. Après tout, ce n'est pas une obligation. Depuis la guerre, je suis resté un homme discret ; grâce à Dieu, je n'ai jamais eu besoin, comme certains de mes anciens collègues, d'écrire mes Mémoires à fin de justification, car je n'ai rien à justifier, ni dans un but lucratif, car je gagne assez bien ma vie comme ça. Je ne regrette rien : j'ai fait mon travail, voilà tout... Malgré mes travers, et ils ont été nombreux, je suis resté de ceux qui pensent que les seules choses indispensables à la vie humaine sont l'air, le manger, le boire et l'excrétion, et la recherche de la vérité. Le reste est facultatif. »

Avec cette somme qui s'inscrit aussi bien sous l'égide d'Eschyle que dans la lignée de Vie et destin de Vassili Grossman, Jonathan Littell nous fait revivre les horreurs de la Seconde Guerre mondiale du côté des bourreaux, tout en nous montrant un homme comme rarement on l'avait fait : l'épopée d'un être emporté dans la traversée de lui-même et de l'Histoire.

Avis des lecteurs

Philippe S. le 04/12/2019

La rumeur

Quand ce livre est sorti, il y a eu une polémique qui l'opposait aux Disparus de Daniel Mendelsohn. J'ai lu Les Disparus et je me suis fait avoir par la rumeur qui accusait Jonathan Little de tous les maux. Finalement, 12 ans plus tard je me décide à le lire après la lecture d'un article sur Les Bienveillantes. Je pense aujourd'hui qu'il était idiot de comparer ces deux ouvrages qui n'ont de commun que le massacre ukrainien. Adopter le point de vue d'un officier SS permet de comprendre les mécanismes qui transforment des hommes en assassins de masse.

Du même auteur : Jonathan Littell