Les coqs cubains chantent à minuit
facebook twitter

Les coqs cubains chantent à minuit

de

chez Seuil

Collection(s) : Cadre rouge

Paru le | Broché 187 pages

Grand format Livre broché
17.00 Disponible - Expédié sous 7 jours ouvrés
Ajouter au panier Frais de livraison

Chronique Page des libraires, rédigée par Michel Edo Librairie Lucioles (Vienne)

Tierno est né à La Havane, dit-il. Et c’est vrai. Il danse comme un Cubain, boit comme un Cubain : « Cuba et l’Afrique ont beaucoup de choses en commun : même climat, même bouffe, même manière de danser et de baiser ». Après une première nuit à goûter aux plaisirs et aux excès de la capitale, il s’installe dans un meublé, sort chaque nuit, séduit les muchachas par son charisme silencieux, visite chaque jour la même tombe, puis commence à fourrer son nez dans de vieilles histoires liées à Fidel Castro et à une hypothétique lettre autographe laissée à son grand-père. Mais à La Havane, tout se sait et, très vite, El Tosco, un barbouze du régime, veut mettre un frein à ses recherches. Et puis Tierno rencontre le poète, un clochard philosophe, un poète des rues, un Diogène qui se contente chaque jour d’un litre de vin, d’un peu de marijuana et de beaucoup de vers d’Omar Khayyam. Ce sage, trop fou pour finir en prison, disserte chaque jour sur la poésie, la beauté et le bonheur de lire : « les livres mon cher sont encore plus excitants que la drogue [...] eh bien, parce que tu n’es jamais seul à la savourer cette marijuana-là, l’auteur est là avec toi pour échanger les taffes. Et je t’assure que le plaisir redouble encore quand cet auteur est déjà mort. » Entre les deux hommes naît une amitié de sages dont Ignacio n’est que le naïf témoin. Au final, pourtant, c’est lui, Ignacio, le fureteur, le fourbe, le petit malin, qui rassemblera les pièces du puzzle, une vieille histoire sordide qui effraie deux vieux magouilleurs – dont ils ne retireront que de maigres bénéfices. Mais Les Coqs cubains chantent à minuit n’est ni un roman noir ni un roman policier, plutôt un voyage savoureux à l’intérieur de la réalité cubaine. Un hommage aux origines africaines de l’île.

Ignacio Rodriguez Aponte, un Noir de La Havane, gagne
sa vie en allant cueillir à l'aéroport les gringos pleins
aux as et les Européens romantiques. Un jour, Ignacio
récupère à sa descente d'avion un certain El Palenque,
venu rôder sur les traces de sa propre histoire qu'il ignore.
Natif de Guinée, ses racines maternelles sont ici. Tout
a commencé un matin lointain des années cinquante,
quand les «barbus» de Fidel Castro pourchassés par
les troupes de Batista trouvent refuge sur le domaine
agricole du grand-père Alfonso. Une amitié bourrue naît
entre les deux hommes et le grand-père obtient, de la
main de Castro, une lettre signée lui garantissant dans
le futur paradis communiste la propriété privée de son
domaine...

C'est cette lettre qui vaudra tous les ennuis du monde
à la jeune et belle Juliana, et aussi sa passion amoureuse
pour un saxophoniste guinéen, beau garçon aux
manières de brute. Tierno Monénembo nous entraîne
dans une aventure foisonnante où le malheur se noie dans
les rythmes de la salsa, les ondulations des corps et le
rhum à flots. Un hymne aux origines africaines de Cuba.
Un vieux Noir de La Havane gagne sa vie en allant chercher à l'aéroport les Européens et les Américains pour les piloter dans le sillage d'Hemingway et les emmener boire du rhum au Floridita. Un jour, il récupère à sa descente d'avion un certain El Palenque, venu ici sur les traces de sa propre histoire qu'il ignore. ©Electre 2021
Format : Broché
Nb de pages : 187 pages
Poids : 236 g
Dimensions : 14cm X 21cm
Date de parution :
ISBN : 978-2-02-108895-3
EAN : 9782021088953

Du même auteur : Tierno Monénembo