Les droits des Burkinabè en France : de droits privilégiés au droit commun : une analyse critique de la diplomatie migratoire franco-burkinabè de 1960 à nos jours
facebook twitter

Fiche technique

Format : Broché
Nb de pages : 129 pages
Poids : 170 g
Dimensions : 14cm X 22cm
Date de parution :
ISBN : 978-2-343-21586-0
EAN : 9782343215860

Les droits des Burkinabè en France

de droits privilégiés au droit commun
une analyse critique de la diplomatie migratoire franco-burkinabè de 1960 à nos jours

de

chez L'Harmattan

Collection(s) : Emergences africaines

Paru le | Broché 129 pages

Public motivé

15.00 Disponible - Expédié sous 8 jours ouvrés
Ajouter au panier Frais de livraison

préface de Catherine Wihtol de Wenden


Quatrième de couverture

Les droits des Burkinabè en France : de droits privilégiés au droit commun

Au XXIe siècle, le contraste est devenu plus profond entre les catégories sociologiques de la migration et les catégories juridiques censées l'encadrer. L'analyse des diplomaties migratoires franco- africaines - franco- burkinabè en particulier -  illustre à plusieurs égards cette distorsion.

Le dernier accord conclu entre les deux États en 2009 encadre le tri entre les Burkinabè souhaitant se rendre sur le territoire français : un droit d'entrée pour une infime minorité, la bourgeoisie burkinabé. Ce droit est aussi facilité pour la future élite burkinabé : les étudiants, les chercheurs et les scientifiques. Cet accord consacre par ailleurs, en dépit de l'opposition des acteurs associatifs locaux et de la diaspora, une assignation à résidence pour la majorité des Burkinabè et un droit de sortie accordé à la France pouvant expulser les migrants burkinabè en situation irrégulière présents sur son territoire. Encore plus inquiétant, il y est aussi prévu une réadmission des migrants « illégaux » des États tiers sur le territoire burkinabè. En outre, l'accord rogne considérablement les droits des Burkinabè déjà présents en France, passant de droits privilégiés au droit commun. En entretenant l'illusion d'une aide financière plus conséquente, le Burkina Faso a signé un mauvais accord, le pire texte que « le pays des hommes intègres » a conclu sur la matière migratoire depuis son accession à la souveraineté nationale.

Face à la crise de confiance profonde entre les migrants et les décideurs politiques, la question de la déconstruction des accords de domination est posée. Ce qui impose aussi une émancipation des États africains lors de la conclusion des futurs accords migratoires.

Biographie

Marcel Kagambega est enseignant-chercheur et docteur en droit et en sociologie, diplômé de l'université de Bordeaux. Ses recherches et publications portent sur les politiques de protection sociale, les politiques européennes et africaines en matière d'immigration, d'asile et d'intégration.