Les homosexuel.le.s en France : du bûcher aux camps de la mort : histoire et mémoire d'une répression
facebook twitter

Fiche technique

Format : Broché
Nb de pages : 220 pages
Poids : 375 g
Dimensions : 16cm X 24cm
Date de parution :
ISBN : 978-2-915293-99-9
EAN : 9782915293999

Les homosexuel.le.s en France

du bûcher aux camps de la mort
histoire et mémoire d'une répression

chez Tirésias

Collection(s) : Ces oubliés de l'histoire

Paru le | Broché 220 pages

Tout public

22.00 Disponible - Expédié sous 7 jours ouvrés
Ajouter au panier Frais de livraison

préface de Serge Wolikow | présenté par Les Oublié-e-s de la mémoire Association civile homosexuelle du devoir de mémoire


Quatrième de couverture

Monument LGBT

Toutes les réalisations existantes d'« HomoMonument » en Europe et à travers le monde interpellent depuis de nombreuses années les associations lesbiennes, gaies, bi et trans (LGBT) et les nombreux participants aux différentes marches des fiertés en France.

Au moment où la montée des violences fait de nouvelles victimes, où le travail de mémoire des familles et proches du mouvement LGBT se cantonne encore dans des salles associatives, voire dans certains lieux institutionnels, il est désormais crucial que la France rattrape son retard !

Depuis mars 2014, le dossier Monument LGBT est porté par Les « Oublié.e.s » de la Mémoire Association Civile Homosexuelle du Devoir de Mémoire, soutenu par l'interassociative LGBT, la Fédération LGBT France et SOS Homophobie.

L'édification de ce monument permettra d'ancrer dans le paysage mémoriel français cette réalité passée et présente des souffrances endurées par les personnes homosexuelles, bi ou trans victimes d'actes de barbarie ou de la haine anti-LGBT dans notre Histoire.

Pour la première fois sur cette question mémorielle, un groupe de travail rassemble les différentes composantes LGBT : Mémorial de la Déportation Homosexuelle, Interassociative LGBT, Flag ! Policiers et Gendarmes LGBT, Bi'Cause, David et Jonathan, Centre LGBT Paris Île-de-France, SOS Homophobie et Les « Oublié.e.s » de la Mémoire.

La ville de Paris soutient le dossier dès juin 2016.

2017, un plan triennal de mobilisation contre la haine et les discriminations anti-LGBT avec la dimension mémorielle et le soutien à un lieu de mémoire est présenté par la Délégation Interministérielle à la Lutte contre le Racisme, l'Antisémitisme et la Haine anti-LGBT (DILCRAH) auprès de monsieur le Premier ministre.

Porté avec bienveillance et transparence, le dossier Monument LGBT se construit en articulation institutionnelle avec la présidence de la République, les ministères concernés et la ville de Paris. Dans le même temps, le monde de la déportation et les acteurs de la société civile sont approchés pour faire ensemble de ce monument d'envergure national un lieu mémoriel partagé.

Depuis une dizaine d'années, la répression des homosexuels durant la Seconde Guerre mondiale s'est imposée en France comme un véritable objet scientifique, les recherches révélant la variété des mesures prises à rencontre de Français dont les pratiques sexuelles étaient jugées comme « contre nature ». Cet ouvrage en propose un bilan tout à fait inédit. Mais, pour en comprendre les origines, il la replace aussi dans l'évolution générale du regard porté sur l'homosexualité, depuis la fin des « bûchers de Sodome« jusqu'à la réintroduction par Vichy dans la loi d'une discrimination à l'égard des homosexuels qui ne cessera qu'en 1982. Cette question ne peut enfin être envisagée sans référence à l'histoire des mouvements de politisation de l'homosexualité nés de l'après 68, la déportation homosexuelle s'imposant rapidement chez les militants comme un élément constitutif d'une mémoire commune, en même temps qu'un outil de légitimation de leurs luttes. À ce titre, elle constitue plus que jamais un sujet d'une grande actualité.

Biographie

Arnaud Boulligny est né en 1974 à Coutances (Manche). Chercheur à la Fondation pour la Mémoire de la Déportation depuis 1999, il a participé au Livre-Mémorial des déportés de France arrêtés par mesure de répression (Tirésias-Michel Reynaud, 2004) et dirige depuis 2005 l'équipe de recherche installée au Service Historique de la Défense à Caen (Calvados).