Les Juifs d'Algérie : une histoire de ruptures Lire les informations techniques

Les Juifs d'Algérie : une histoire de ruptures

chez Presses universitaires de Provence

Broché 314 pages
Paru le 08/10/2015
25,00
Disponible - Expédié sous 6 jours ouvrés

Les juifs d'Algérie

Une histoire de ruptures

Ce livre indique comment, pendant la période française (1830-1962), la population juive d'Algérie s'est transformée par un processus social et politique d'accès à la citoyenneté. Ce processus continu fut largement troublé d'une part par l'hostilité plus ou moins ponctuelle des Français, des Européens de la colonie et des Musulmans, et d'autre part par les polémiques incessantes qui ont accompagné ce passage progressif d'un groupe d'indigènes colonisés en citoyens de la République française.

L'ouvrage analyse l'évolution du statut des Juifs entre 1830 (où ils ne sont que des dhimmis) et le décret Crémieux de naturalisation collective de 1870, la « mission civilisatrice de la France » qui s'est accompagnée de l'attachement rapide et définitif des Juifs, l'importance à travers le temps de l'« antijudaïsme » et de l'antisémitisme dans la colonie. Leur inscription dans la sphère française aux XIXe-XXe siècles fait d'objet d'études de cas : les rabbins, les Juifs de Constantine, les interprètes, la vie quotidienne, la presse antijuive. Les textes proposés font revivre leurs identités plurielles : citoyens français, ils revendiquent leur judéité inscrite dans la sphère séfarade, imprégnée de culture berbéro-arabe. La période de la Deuxième Guerre mondiale est abordée à travers les camps d'internement et la présence de Juifs d'Algérie à Marseille. Le livre s'achève avec un regard sur la situation actuelle et des témoignages sur la mémoire de l'Algérie.

Le temps de l'histoire apporte un éclairage scientifique sur tous les passés, privilégiant la longue durée, en territoire méditerranéen et au-delà.

Biographie

Joëlle Allouche-Benayoun est docteur en psychologie sociale. Universitaire, chercheure au Groupe Sociétés, Religions, Laïcités (CNRS), elle est présidente du Centre civique d'études des faits religieux (CCEFR, Montreuil), rédactrice en chef de la revue trimestrielle Généalo-J, professeur à l'institut d'études juives Elie Wiesel (Paris). Auteur de nombreux livres et articles sur la question.

Geneviève Dermenjian est maîtresse de conférences honoraire en histoire contemporaine, chercheure associée à l'UMR Telemme. Elle a publié des articles et des ouvrages sur l'histoire des femmes et du genre, la population européenne de l'Algérie pendant la période coloniale (1830-1962), notamment sous l'angle de l'« antijudaïsme ». Elle est, par ailleurs, auteure de manuels de l'enseignement primaire et secondaire.