Les Kurdes en 100 questions : un peuple sans Etat

feuilleter

facebook twitter

Fiche technique

Format : Broché
Nb de pages : 377 pages
Poids : 362 g
Dimensions : 13cm X 20cm
Date de parution :
ISBN : 979-10-210-3379-5
EAN : 9791021033795

Les Kurdes en 100 questions

un peuple sans Etat

de ,

chez Tallandier

Collection(s) : En 100 questions

Paru le | Broché 377 pages

Tout public

16.50 Disponible - Expédié sous 4 jours ouvrés
Ajouter au panier Frais de livraison

Quatrième de couverture

Quelles sont les origines mythiques du peuple kurde ? Y a-t-il eu par le passé un royaume kurde unifié ? Ont-ils participé au génocide des Arméniens ? Tous les Kurdes sont-ils musulmans ? Qui est le légendaire Mustafa Barzanî ? Qui sont les peshmergas ? À quoi la jeunesse kurde aspire-t-elle ? Que veut le PKK ? Israël est-il leur principal allié ? Quel rôle joue la diaspora kurde ?

Contrairement aux peuples arabes ou des Balkans, les Kurdes n'ont jamais eu droit à leur État-nation. Depuis l'avènement de l'islam au VIIe siècle, le destin des Kurdes semble scellé dans un écartèlement perpétuel entre l'Irak, l'Iran, la Turquie et la Syrie. Pourtant, la revendication d'un État unifié, ou au moins d'une certaine forme d'autonomie là où ils habitent, n'a jamais cessé et s'est amplifiée depuis le démembrement de l'Empire ottoman. Minorisés, les Kurdes ont subi, entre autres, la répression dans le sang de leurs révoltes en Turquie dans les années 1920 ou le gazage par Saddam Hussein en Irak en 1988. Depuis l'invasion américaine de l'Irak en 2003, les révoltes des printemps arabes en 2011 et le développement du conflit syrien, la « question kurde » a pris une ampleur internationale. En 100 questions clés, voici décryptés les rendez-vous manqués avec l'Histoire, les fondements et les défis de taille qui attendent ce peuple, un siècle après la fin des empires moyen-orientaux.

Biographie

Boris James est chercheur à l'Institut français du Proche-Orient et ancien responsable de son antenne à Erbil (Kurdistan irakien).

Jordi Tejel Gorgas est professeur titulaire à l'université de Neuchâtel (Suisse) et chercheur associé de l'Institut des hautes études et du développement à Genève.