Les limites planétaires

feuilleter

facebook twitter

Fiche technique

Format : Broché
Nb de pages : 126 pages
Poids : 132 g
Dimensions : 12cm X 19cm
Date de parution :
ISBN : 978-2-348-04623-0
EAN : 9782348046230

Les limites planétaires

de ,

chez La Découverte

Collection(s) : Repères

Paru le | Broché 126 pages

Tout public

Poche
10.00 Disponible - Expédié sous 4 jours ouvrés
Ajouter au panier Frais de livraison

Quatrième de couverture

Les limites planétaires

La question des limites environnementales a traversé les XIXe et XXe siècles sans vraiment parvenir à s'imposer. La donne serait-elle en train de changer en ce début de XXIe siècle ? Face à la multiplication des atteintes portées au « système Terre », la communauté scientifique s'est lancée depuis quelques années dans un projet aussi urgent qu'ambitieux : proposer aux décideurs et au grand public un aperçu des principales variables qui déterminent l'équilibre des écosystèmes à l'échelle planétaire. Au-delà du climat et de la biodiversité, ces travaux abordent également des questions moins connues du grand public, comme le déséquilibre des cycles biogéochimiques, le changement d'affectation des sols, l'introduction de polluants d'origine anthropique dans les écosystèmes ou encore l'acidification des océans. Autant d'enjeux pour lesquels la communauté scientifique essaie aujourd'hui de déterminer des frontières à ne pas dépasser si l'humanité veut éviter les risques d'effondrement.

Biographie

Aurélien Boutaud est docteur en sciences de la Terre et de l'environnement, consultant indépendant et chercheur associé à l'UMR 5600 Environnement Ville Société du CNRS.

Natacha Gondran est professeur à Mines Saint-Étienne, école de l'Institut Mines Télécom, et membre de l'UMR 5600 Environnement Ville Société du CNRS.

Ils sont les coauteurs de L'Empreinte écologique (« Repères », nouvelle édition, 2018).

Avis des lecteurs

rené c. le 24/07/2020

un point nécessaire

l'histoire nous apprend les erreurs passées pour ne plus les refaire à l'avenir. Mais ce n'est pas de l'anthropocène dont il faut parler, mais du mode d'utilisation des ressources, et donc du capitalocène.

Du même auteur : Aurélien Boutaud