Les lumières de Central Park

feuilleter

facebook twitter

Fiche technique

Format : Broché
Nb de pages : 257 pages
Poids : 322 g
Dimensions : 14cm X 21cm
Date de parution :
ISBN : 978-2-226-31935-7
EAN : 9782226319357

Les lumières de Central Park

de

chez Albin Michel

Collection(s) : Terres d'Amérique , Romans étrangers

Paru le | Broché 257 pages

22.90 Disponible - Expédié sous 6 jours ouvrés
Ajouter au panier Frais de livraison

traduit de l'anglais (Etats-Unis) par Hélène Fournier


Les libraires en parlent

Chronique Page des libraires, rédigée par Muriel Gallot Librairie L’Intranquille Plazza (Besançon)

Une femme divorcée s’immisce dans la vie amoureuse de son fils ; un homme délaissé organise une fête démentielle en se persuadant que sa dulcinée reviendra ; un jeune homme s’agace de voir son père fraîchement veuf devenir le centre d’attention de ces dames… Ces personnages qui gravitent autour de Central Park se heurtent aux désenchantements. Ils aiment fort, ils aiment mal. On peut se reconnaître en eux ; ils ont nos désirs, nos failles et nos petites lâchetés quotidiennes. Avec simplicité et empathie, Tom Barbash nous abîment dans leurs solitudes, leurs regrets, leurs absences et leurs angoisses. Il parvient à capter ces instants de fragilité et d’égarement avec une grande délicatesse. Ces petites pépites de fiction nous rappellent avec délice Déjeuner de famille de John Cheever (Folio), ou encore les nouvelles de Raymond Carver et Richard Ford. David Vann a bien raison, c’est une nouvelle belle voix de la littérature américaine qui est parvenue jusqu’à nous.

Quatrième de couverture

Les lumières de Central Park

« L'un des meilleurs recueils de nouvelles que j'aie jamais lus. »
Dave Eggers

Si Raymond Carver avait vécu à Manhattan, il aurait indéniablement pu être l'auteur de ces nouvelles, qui explorent la façon dont les relations entre les êtres naissent et se brisent. Tels cette femme récemment séparée qui s'immisce dans la vie sentimentale de son fils ou ce jeune homme qui s'inquiète de voir son père, veuf depuis peu, devenir la coqueluche de ces dames.

Dans les pas de nouvellistes comme John Cheever ou Tobias Wolff, Tom Barbash imprègne ses récits d'humour et d'émotion, saisissant des personnages tiraillés entre espoir et chagrin, désir et désarroi.

« De belles et élégantes nouvelles sur des êtres qui ont tout pour être heureux mais qui s'égarent néanmoins. Une nouvelle voix de la littérature américaine à côté de laquelle il ne faut pas passer. »
David Vann