Les marchandises émotionnelles : l'authenticité au temps du capitalisme
facebook twitter

Fiche technique

Format : Broché
Nb de pages : 417 pages
Poids : 570 g
Dimensions : 15cm X 22cm
Date de parution :
ISBN : 979-10-94841-91-4
EAN : 9791094841914

Les marchandises émotionnelles

l'authenticité au temps du capitalisme

chez Premier Parallèle

Paru le | Broché 417 pages

Public motivé

24.00 Disponible - Expédié sous 5 jours ouvrés
Ajouter au panier Frais de livraison

préface d'Axel Honneth | traduit de l'anglais par Frédéric Joly


Quatrième de couverture

Les marchandises émotionnelles

« Lisant ces études sans pouvoir les lâcher, on ne peut non plus se départir du pénible sentiment que les éléments empiriques ici collectés pourraient s'intégrer à merveille dans les effrayants tableaux d'un Michel Houellebecq. » Axel Honneth

Des stations du Club Med à la musique d'ambiance diffusée dans nos écouteurs, en passant par les guides de psychologie positive et la valorisation de sentiments archi-spécifiques par l'industrie des cartes de voeux, la consommation et les émotions sont désormais entièrement intriquées.

C'est là un trait fondamental de notre modernité. Une modernité qui nous demande d'être parfaitement rationnels et, dans le même mouvement, de chercher sans relâche à intensifier nos émotions. Ce paradoxe est rendu possible par le fait que les émotions et les marchandises sont désormais coproduites, jusqu'à générer un type de produits inédit et jusqu'à présent jamais étudié : les marchandises émotionnelles. Cet ouvrage collectif, initié et dirigé par Eva Illouz, montre comment ces nouvelles marchandises produites par des industries aussi diverses que celles du tourisme, de la musique, du cinéma, du sexe ou des psychothérapies visent à transformer et à améliorer le moi. Il pointe ainsi une caractéristique majeure de nos sociétés, interrogeant avec profondeur en se gardant de tout jugement l'authenticité de l'individu moderne.

Biographie

Sociologue franco-israélienne, Eva Illouz est directrice d'études à l'EHESS et enseigne à l'Université hébraïque de Jérusalem. Ses travaux portent sur ce qu'elle appelle le « capitalisme affectif » et sur les effets qu'il ne manque pas d'exercer sur nos psychés. Elle est notamment l'auteure des Sentiments du capitalisme (Seuil, 2006) et de Pourquoi l'amour fait mal (2012, rééd. Points, 2014). Elle a récemment publié, aux éditions Premier Parallèle et avec Edgar Cabanas, Happycratie. Comment l'industrie du bonheur a pris le contrôle de nos vies.

Avis des lecteurs

francoise D. le 02/05/2019

Dommage

Analyse froide, tranchée, sans nuance qui du coup ne convainc pas, par trop de parti pris