Les mille et une nuits
facebook twitter

Fiche technique

Format : Relié
Nb de pages : 700 pages
Poids : 1218 g
Dimensions : 19cm X 26cm
Date de parution :
ISBN : 978-2-37735-842-7
EAN : 9782377358427

Les mille et une nuits

chez Archipoche

Collection(s) : La bibliothèque des classiques

Paru le | Relié 700 pages

29.95 Disponible - Expédié sous 48h ouvrés
Ajouter au panier Frais de livraison

préface de Joseph Vebret | illustrations de Louis John Rhead et William Harvey


Quatrième de couverture

Schahriar, roi de Perse, trompé par son épouse, a décrété qu'il passerait désormais chacune de ses nuits avec une compagne différente et qu elle serait exécutée à l'aube par son grand vizir. La fille de ce dernier, la sultane Scheherazade, se risque pourtant à rejoindre la couche royale. Mais au matin, sa complice Dinarzade lui murmure : « Ma soeur, dites-nous donc un de ces beaux contes que vous connaissez si bien. » Brûlant d'entendre la suite, Schahriar remet la sentence au lendemain, puis au lendemain... pendant mille et une nuits. Grâce à ce stratagème, la sultane aura la vie sauve, ainsi que toutes les jeunes femmes du royaume. Et nous, lecteurs, sommes suspendus aux lèvres de la conteuse...

Il est des chefs-d'oeuvre dont chacun connaît le titre, mais pas toujours l'auteur. Les Mille et une nuits appartient à cette glorieuse lignée. Qui sait qu'Antoine Galland fut le traducteur et metteur en scène de cette immense féerie ? Après avoir longuement sillonné l'Empire ottoman, cet orientaliste de génie réunit en un volume ces récits immémoriaux, rédigeant lui-même des contes rapportés par un chrétien d'Alep, à commencer par les aventures fameuses d'Aladin et d'Ali Baba. Ce faisant, il a créé une oeuvre universelle, derrière laquelle il s'est effacé.

Le premier volume parut en 1704, après trois ans de labeur. Onze autres suivirent jusqu'en 1717, suscitant l'engouement par-delà les frontières de la France. Pour la première fois en Europe, le monde islamique prenait vie, magique et envoûtant, magnifié par la voix et le verbe de Scheherazade, clef de voûte de l'édifice. Avec Galland, l'Orient avait trouvé un orfèvre à sa mesure, une matière presque infinie que ces contes - illustrés en 1841 et 1916 par William Harvey et Louis J. Rhead - ont portée au-delà des siècles.