Lettres à Véra

feuilleter

facebook twitter

Fiche technique

Format : Broché sous jaquette
Nb de pages : 785 pages
Poids : 1000 g
Dimensions : 16cm X 24cm
Date de parution :
ISBN : 978-2-213-68658-5
EAN : 9782213686585

Lettres à Véra

de

chez Fayard

Collection(s) : Littérature étrangère

Paru le | Broché sous jaquette 785 pages

36.00 Disponible - Expédié sous 6 jours ouvrés
Ajouter au panier Frais de livraison

édition établie par Olga Voronina et Brian Boyd | traduit du russe et de l'anglais par Laure Troubetzkoy


Quatrième de couverture

Lettres à Véra

Vladimir Nabokov et sa femme Véra se sont rencontrés en 1923, à Berlin, où leurs familles respectives avaient fui le pouvoir bolchevique. Tout au long du demi-siècle que dure leur mariage, ils ne sont séparés que rarement, mais alors il lui écrit chaque jour : ainsi quand Véra part se soigner dans un sanatorium de la Forêt Noire, quand Vladimir rend visite à sa famille réfugiée à Prague, ou quand Véra tarde à le rejoindre à Paris. Plus tard, ses conférences dans le sud des États-Unis suscitent de nouvelles lettres. Dans cette correspondance à sens unique - Véra ayant détruit ses propres lettres -, on voit la passion de Nabokov pour sa femme, sa vie quotidienne dans le milieu de l'émigration russe à Berlin, les bouleversements auxquels tous deux sont confrontés dans leur vie matérielle et affective, le dénuement qui est le sien lors de ses débuts à Paris, l'intérêt croissant éveillé par son oeuvre auprès des éditeurs et d'un public éclairé, le soutien indéfectible que lui apporte Véra. Ces lettres, outre ce quelles révèlent sur l'homme, nous font découvrir le laboratoire de l'écrivain - son énergie créatrice, la pléthore de sujets qui surgissent et disparaissent, l'intensité de son travail - et l'on y reconnaît l'originalité de son style : sa veine parodique, poétique, sa vivacité et ses jeux de mots.

Biographie

L'un des plus grands écrivains du XXe siècle, Vladimir Nabokov naquit en 1899 à Saint-Pétersbourg, dans une famille aristocratique et libérale. Exilé en 1919, il vécut d'abord à Cambridge, où il acheva ses études, puis en Allemagne et en France, qu'il quitta en 1940, avec sa femme Véra et leur fils Dmitri, pour s'installer aux États-Unis. Il y enseigna pendant près de vingt ans, à Wellesley College puis à la Cornell University. Après l'immense succès de Lolita, il se retira à Montreux, en Suisse, où il mourut en 1977.

Olga Voronina a été directrice du musée Nabokov de Saint-Pétersbourg et représentante des héritiers de Nabokov en Russie. Diplômée de Harvard en langues et littératures slaves, elle est professeur assistante de russe à Bard College, aux États-Unis.

Brian Boyd, professeur d'anglais à l'Université d'Auckland, est l'auteur d'une thèse remarquée sur Nabokov, ainsi que d'une biographie qui a reçu de nombreux prix et a été traduite dans dix-sept langues. Il a édité les romans de Nabokov écrits en anglais, son autobiographie, ses textes sur les papillons et ses traductions de poésie russe.

Du même auteur : Vladimir Nabokov