Lettres des missionnaires maristes en Océanie, 1836-1854 : anthologie de la correspondance reçue par Jean-Claude Colin, fondateur de la Société de Marie, pendant son généralat
facebook twitter

Fiche technique

Format : Broché
Nb de pages : 753 pages
Poids : 1110 g
Dimensions : 16cm X 24cm
Date de parution :
ISBN : 978-2-8111-0081-0
EAN : 9782811100810

Lettres des missionnaires maristes en Océanie, 1836-1854

anthologie de la correspondance reçue par Jean-Claude Colin, fondateur de la Société de Marie, pendant son généralat

chez Karthala

Collection(s) : Mémoire d'Eglises

Paru le | Broché 753 pages

Public motivé

39.00 Disponible - Expédié sous 7 jours ouvrés
Ajouter au panier Frais de livraison

préface Claude Prudhomme | préface historique de Claire Laux


Quatrième de couverture

Collection mémoire d'Églises

En 1836, la toute jeune Société de Marie reçoit du Saint-Siège la charge d'évangéliser l'Océanie occidentale. Jean-Claude Colin, nouvellement élu supérieur général, y enverra 117 missionnaires. Ces hommes notent ce qu'ils observent ; ils tiennent leur journal de bord ; ils racontent la façon dont ils sont accueillis ; ils font état des difficultés rencontrées ; ils consignent les travaux qu'ils entreprennent. .. En attendant une prochaine édition intégrale, sont ici présentées et annotées quelques-unes des 1 365 lettres qu'ils ont écrites entre 1836 et 1854 à l'administration générale des pères maristes et qui proviennent de toutes les îles d'Océanie : Nouvelle-Guinée, Salomon, Nouvelles-Hébrides, Nouvelle-Calédonie, Fidji, Wallis et Futuna, Tonga, Samoa et Nouvelle-Zélande.

« La publication de cette anthologie constitue un événement », écrit Claude Prudhomme dans la Préface. En ouvrant ses archives, la Société de Marie entend rendre disponibles des sources de première main. L'historien, l'ethnologue et quiconque - qu'il soit Océanien, Européen ou autre - y trouvera de quoi éclairer sa recherche : les premiers missionnaires ont été les principaux témoins de la vie des sociétés océaniennes dans la première moitié du XIXe siècle, avant que la colonisation européenne et américaine n'impose son ordre et ses logiques.

Ces lettres laissent entrevoir l'ambiguïté d'un premier contact avec l'Autre, source de malentendus, et pourtant contact productif du point de vue missionnaire puisqu'il débouche sur une christianisation massive. Même si, entre les lignes, se laissent apercevoir dans les réactions autochtones les voies d'une appropriation du christianisme qui échappe au missionnaire...

La lecture des sources brutes, bien mieux que leur version édifiante ou édulcorée, aide à comprendre pourquoi ce contact initial ne fut pas seulement marqué par l'incompréhension et l'hostilité mais constitua un moment déterminant, inaugurant une relation stable prélude à ce que nous appelons, faute de mieux, la globalisation.

Biographie

Charles Girard, de la Société de Marie, est originaire de la Louisiane et Docteur en français médiéval de l'Université Tulane de la Nouvelle-Orléans. lia transcrit, annoté et indexé les 1 365 lettres reçues d'Océanie par l'administration générale des Pères maristes entre 1836 et 1854, qui paraîtront bientôt en dix volumes aux éditions Karthala.