Lettres du grenier de Wilno : lettres de Marina Tsvetaeva à Natalia Hajdukiewicz
facebook twitter

Fiche technique

Format : Broché
Nb de pages : 139 pages
Poids : 180 g
Dimensions : 13cm X 20cm
Date de parution :
EAN : 9782845450912

Lettres du grenier de Wilno

lettres de Marina Tsvetaeva à Natalia Hajdukiewicz

de

chez Ed. des Syrtes

Paru le | Broché 139 pages

16.00 Disponible - Expédié sous 7 jours ouvrés
Ajouter au panier Frais de livraison

avant-propos Wladyslaw Zawistowski


Quatrième de couverture

En 2001, au cours d'un voyage à Vilnius, Wladyslaw Zawistowski, poète et dramaturge polonais, trouve dans le grenier de sa grand-mère, Natalia Hajdukiewicz, douze longues lettres de Marina Tsvetaeva écrites entre 1934 et 1935. Le plus étonnant dans cette découverte est la figure de la destinataire : Natalia, une petite enseignante de Wilno, étrangère au monde littéraire, inconnue à Moscou comme à Paris et qui, pourtant, a occupé une place indéniable dans la vie de la poétesse.

Outre l'histoire de cette découverte miraculeuse, non moins touchante est la teneur de ces lettres. 1934 représente un moment de crise dans la vie de Marina Tsvetaeva, peut-être même l'année déterminante de son suicide sept ans plus tard. Or cette correspondance projette dans la lumière tout son être et son mal-être. Marina Tsvetaeva y fait fi de toute pudeur : le coeur, l'âme, la politique, la famille, mais aussi ses préoccupations terre à terre et domestiques - tout peut se dire à une amie lointaine, inconnue, et tout ce qui se dit est bouleversant.

Biographie

Marina Tsvetaeva est née en 1892 à Moscou. À dix-huit ans, elle publie son premier recueil de poésies qui est immédiatement salué par la critique. En 1922, elle quitte la Russie soviétique pour Prague où s'est réfugié son mari, combattant de l'Armée blanche. Trois ans plus tard, elle s'installe à Paris avec sa famille. En 1939, Marina Tsvetaeva retourne en URSS et rejoint son mari, devenu agent soviétique. Peu après, il est arrêté avec sa fille. Démunie, sans travail, Marina Tsvetaeva est évacuée de Moscou avec son fils, le 8 août 1941 ; ils se retrouvent en Tatarie, à Elabouga. Usée par les privations, sans la moindre perspective, Marina Tsvetaeva se suicide trois semaines plus tard, le 31 août 1941.

Du même auteur : Marina Ivanovna Tsvetaeva