Libérer le travail : pourquoi la gauche s'en moque et pourquoi ça doit changer

feuilleter

facebook twitter

Fiche technique

Format : Broché
Nb de pages : 301 pages
Poids : 345 g
Dimensions : 14cm X 21cm
Date de parution :
ISBN : 978-2-02-139037-7
EAN : 9782021390377

Libérer le travail

pourquoi la gauche s'en moque et pourquoi ça doit changer

de

chez Seuil

Paru le | Broché 301 pages

Public motivé

20.00 Disponible - Expédié sous 10 jours ouvrés
Ajouter au panier Frais de livraison

Quatrième de couverture

La moitié des Français expriment un mal-être au travail. Une organisation néo-taylorienne soumise au rendement financier est en train de détruire notre monde commun. Cette machine à extraire le profit écrase le travail vivant : celui qui mobilise notre corps, notre intelligence, notre créativité, notre empathie et fait de nous, dans l'épreuve de la confrontation au réel, des êtres humains.

Contre les « réformes » néolibérales du travail et Tubérisation, on a raison de lutter. Mais pour défendre les conquêtes du salariat et prendre soin du monde, il nous faut repenser le travail. Nous avons besoin d'un souffle nouveau, d'un « avenir désirable ». La liberté, l'autonomie, la démocratie au travail, doivent être replacées au coeur de toute politique d'émancipation.

La gauche politique et syndicale a trop longtemps privilégié le pouvoir d'achat au pouvoir d'agir dans le travail. Paradoxalement, les innovations dans ce domaine sont d'abord venues des managers : « l'entreprise libérée » inspire des initiatives patronales souvent futiles et parfois stimulantes. Des consultants créatifs proposent des modèles « d'entreprise autogouvernée » plus audacieux que les rêves autogestionnaires les plus fous. Mais surtout, des expériences multiples fleurissent un peu partout inspirées du travail collaboratif, du care, de la construction du commun, qui sont autant d'écoles d'une démocratie refondée.

Et si on libérait le travail, vraiment ? C'est possible : ce livre en fait la démonstration !

Biographie

Thomas Coutrot est économiste et statisticien du travail. Il a été porte-parole d'Attac et co-fondateur des Économistes atterrés.