Luçon, ville épiscopale : urbanisme, architecture et mobilier
facebook twitter

Fiche technique

Format : Broché
Nb de pages : 277 pages
Poids : 1100 g
Dimensions : 22cm X 27cm
Date de parution :
ISBN : 978-2-917895-15-3
EAN : 9782917895153

Luçon, ville épiscopale

urbanisme, architecture et mobilier

de

chez 303-Arts, recherches et créations

Collection(s) : Cahiers du patrimoine

Paru le | Broché 277 pages

Tout public

28.00 Disponible - Expédié sous 8 jours ouvrés
Ajouter au panier Frais de livraison

texte Marie-Thérèse Réau | photographies Patrice Giraud


Quatrième de couverture

« Ville épiscopale », « cité portuaire et maraîchine », c'est ainsi que les historiens qualifient généralement Luçon, petite ville du sud de la Vendée. Située à la jonction de la plaine et du marais, l'agglomération a très tôt bénéficié de l'existence d'un port relié à la mer par un canal, mais ce sont la présence d'un évêché dès 1317 - dont Richelieu fut le célèbre titulaire - et celle d'un important chapitre canonial qui ont façonné son identité, son histoire, son architecture et, en corollaire, sa forme urbaine.

Faisant suite à une visite systématique des édifices et à des recherches archivistiques approfondies, cet ouvrage rend compte des aspects les plus divers du riche patrimoine luçonnais - urbanisme, architecture religieuse, édilitaire ou industrielle, demeure privée, décor intérieur - replacés dans un contexte historique allant de la formation de la ville au Moyen Âge aux orientations de la politique patrimoniale contemporaine. Les analyses ont mis en évidence la prégnance de l'architecture et du mobilier religieux de toutes les époques, mais également l'intérêt de la demeure de la seconde moitié du XVIIIe siècle et celle de l'architecture du XIXe, tant privée que publique.

Conçu par les mêmes auteurs et publié dans la même collection que l'étude d'une autre ville du Bas-Poitou, son ancienne capitale Fontenay-le-Comte, cet ouvrage s'adresse à un large public par sa rédaction simple et son abondante illustration, constituée de photographies prises sur le terrain et de documents anciens, pour la plupart inédits.

303

L'inventaire

L'Inventaire recense, étudie et fait connaître le patrimoine culturel de la France. Les Cahiers du patrimoine accueillent les synthèses des recherches faites par les meilleurs spécialistes sur un thème, une aire géographique, un quartier, une ville, un monument ou un type d'objet.

Les « Cahiers du Patrimoine » accueillent les synthèses des recherches faites par les meilleurs spécialistes sur un thème, une aire géographique, un quartier, une ville, un monument ou un type d'objet. De nombreuses illustrations souvent inédites, plans, relevés, reconstitutions, documents d'archives, viennent éclairer les textes qui s'adressent tant aux chercheurs qu'aux amateurs d'art et d'histoire désireux de mieux connaître le patrimoine de leur région ou un aspect thématique du patrimoine français.

L'Inventaire recense, étudie et fait connaître le patrimoine culturel de la France. Les Cahiers du patrimoine accueillent les synthèses des recherches faites par les meilleurs spécialistes sur un thème, une aire géographique, un quartier, une ville, un monument ou un type d'objet.

25 mars 1969

Ce n'est pas seulement le goût qui, dans les inventaires, ajoute les statues romanes aux statues romaines, et les oeuvres gothiques aux oeuvres romanes avant de leur ajouter les têtes d'Entremont. Mais ce ne sont pas non plus les découvertes, car les oeuvres gothiques n'étaient point inconnues : elles n'étaient qu'invisibles. Les hommes qui recouvrirent le tympan d'Autun ne le voyaient pas, du moins en temps qu'oeuvre d'art. Pour que l'oeuvre soit inventoriée, il faut qu'elle soit devenue visible. Et elle n'échappe pas à la nuit par la lumière qui l'éclaire comme elle éclaire les roches, mais par les valeurs qui l'éclairent comme elles ont toujours éclairé les formes délivrées de la confusion universelle. Tout inventaire artistique est ordonné par des valeurs ; il n'est pas le résultat d'une énumération, mais un filtrage.

Si bien que nous ne tentons plus un inventaire des formes conduit par la valeur connue : beauté, expression, etc. qui orientait la recherche ou la résurrection, mais, à quelques égards, le contraire : pour la première fois, la recherche, devenue son objet propre, fait de l'art une valeur à redécouvrir, l'objet d'une question fondamentale. Et c'est pourquoi nous espérons mener à bien ce qui ne put l'être pendant cent cinquante ans : l'inventaire des richesses artistiques de la France est devenu une aventure de l'esprit.
André Malraux

Du même auteur : Service régional de l'Inventaire général du patrimoine culturel