Maintien de la paix et diplomatie coercitive : l'organisation des Nations unies à l'épreuve des conflits de l'après-guerre froide
facebook twitter

Fiche technique

Format : Broché
Nb de pages : 236 pages
Poids : 340 g
Dimensions : 16cm X 24cm
Date de parution :
EAN : 9782802716952

Maintien de la paix et diplomatie coercitive

l'organisation des Nations unies à l'épreuve des conflits de l'après-guerre froide

de

chez Bruylant

Paru le | Broché 236 pages

Professionnels

84.00 Indisponible

préface Jean Cot


Quatrième de couverture

Le terme «opération de maintien de la paix» souffre d'un emploi surabondant. Du coup, le premier pari du présent ouvrage est-il d'abord conceptuel: au fond, qu'est-ce qu'une opération de maintien de la paix? La réponse impose un retour aux sources historiques de ces opérations, au coeur de la guerre froide qui les a vues naître sous l'impulsion des esprits imaginatifs de Dag Hammarskjöld et Lester Pearson.

Le second pari de l'étude est de proposer un angle d'approche inhabituel. Ni historique ni juridique, l'analyse se veut ici politico-stratégique: ce qui importe est de savoir ce qui fonctionne et ce qui ne fonctionne pas, quels sont les facteurs de succès et les causes d'éventuels échecs. Bref, la question posée est celle de l'efficacité. Or, au cours de la décennie 1990, certaines opérations de l'ONU ont été déployées dans des conditions inédites - conflits intraétatiques, absence de cessez-le-feu et de consentement des parties - qui ont remis en question l'efficacité jusque-là reconnue des opérations de maintien de la paix de l'ONU.

En Somalie puis dans les Balkans, la force, ou la menace de son usage, a alors été utilisée pour compenser la dégradation des conditions de déploiement des Casques bleus. On le sait, les résultats ne furent pas à la hauteur des espérances. Pourquoi? Au-delà des explications simplistes, cet ouvrage propose un schéma d'analyse qui concourt à rendre intelligibles des situations d'une très grande complexité.

Biographie

Michel Liegeois est Docteur en Sciences politiques de l'Université catholique de Louvain où il enseigne les «Questions stratégiques».

Il est membre du Centre d'études des crises et des conflits internationaux (CECRI-UCL) où il mène des recherches sur les questions de sécurité, le maintien de la paix et la diplomatie coercitive.