Manifeste contre le travail
facebook twitter

Fiche technique

Format : Broché
Nb de pages : 95 pages
Poids : 100 g
Dimensions : 11cm X 18cm
Date de parution :
ISBN : 979-10-90966-05-5
EAN : 9791090966055

Manifeste contre le travail

de

chez Osez la République sociale

Paru le | Broché 95 pages

Public motivé

10.00 Indisponible

texte Robert Kurz, Ernst Lohoff, Norbert Trenkle | traduit de l'allemand par Olivier Galtier, Wolfgang Kukulies, Luc Mercie


Quatrième de couverture

Manifeste contre le travail

Le groupe KRISIS est le représentant de la critique de la valeur avec des théoriciens comme Roswitha Scholz, Norbert Trenkle, Robert Kurz, Anselm Jappe, Gérard Briche, Ernst Lohoff, et plusieurs autres auteurs. C'est « une réinterprétation de la théorie critique de Marx » comme l'a appelée Postone. Elle est apparue durant les deux dernières décennies. A la différence des lectures traditionnelles de Marx avec lesquelles elle rompt, cette approche parfois étiquetée comme mouvance de la « critique de valeur » (wertkritik), a des intérêts principaux divers : cette nouvelle critique s'est en grande partie fait remarquer pour avoir articulé une approche théorique qui porte une attention particulière au caractère fétichiste de la production de marchandises, à la dimension abstraite (travail abstrait) de tout travail, à la distinction entre valeur et richesse matérielle et à la nature du capital comme « sujet automate ». Ainsi, à la différence des marxismes traditionnels les sujets principaux du capitalisme ne sont ni le prolétariat, ni la bourgeoisie, mais plutôt le capital lui-même (la valeur qui s'autovalorise). La valeur n'est pas limitée à la seule « sphère économique », mais impose sa structure à toute la société, la valeur est une forme sociale de vie et de socialisation, un « fait social total ». Un des points centraux de ce nouveau travail théorique est de développer une critique du capitalisme qui ne s'arrête pas au niveau des antagonismes de classes sociologiques, à la question des rapports de distribution et de propriété privée des moyens de production.

Biographie

En 1999, le groupe allemand Krisis crée en 1986, décide pour la première fois de synthétiser ses réflexions théoriques en rupture avec les marxismes dans un livre à large diffusion. Après le Manifeste du parti communiste, après ce qui tient lieu de manifeste situationniste avec « De la misère en milieu étudiant », la mouvance de la « wertkritik » trouve alors là son texte phare, qui en comprenant le travail et la marchandise comme une activité et une catégorie historiquement spécifiques qu'au seul capitalisme, soutient qu'il ne faut pas libérer le travail du capital comme le pensent depuis le XIXe siècle la gauche, l'extrême-gauche et une large frange de l'anarchisme, mais se libérer carrément du travail.