Manifs et stations
facebook twitter

Manifs et stations

le métro des militant-e-s

de ,

chez Ed. de l'Atelier

Collection(s) : Celles et ceux

Paru le | Broché 202 pages

Tout public

Grand format Livre broché
16.00 Disponible - Expédié sous 3 à 6 jours ouvrés
Ajouter au panier Frais de livraison

Qui sont celles et ceux qui ont marqué l'histoire populaire de la région parisienne ?

Pourquoi la station Javel a-t-elle pris le nom d'un industriel quand tant d'hommes et de femmes ont fait bouger les lignes lors des grèves de 1936 et 1938 dans les usines Citroën ? Qui se souvient, aujourd'hui, des noms des dix victimes de la police de Papon au métro Charonne, en 1962 ? Comment ne pas s'amuser de voir une station de Levallois-Perret nommée en hommage à Louise Michel, enterrée dans la commune qui était alors à mille lieux du fief des Balkany ?

Laurence De Cock et Mathilde Larrère remettent l'histoire sur ses pieds. Contre les chantres du roman national et des « grands hommes », elles proposent de montrer comment les rues et les monuments de la capitale ont été le théâtre de la lutte des habitant-e-s, anonymes et ordinaires.
Un voyage dans le Paris populaire et son histoire à travers les stations de métro. Le récit, fait de tranches de vie, montre comment les rues et les monuments de la capitale ont été le théâtre de luttes pour la justice sociale ou contre la tyrannie menées par des habitants anonymes et ordinaires. ©Electre 2020

Yves M. le 05/08/2020

Excellent prtit manuel maîtronomique !

À quand la station Belleville-Commune de 1871 ? En attendant, voici un récit souterrain agréable à lire et fort instructif, notamment pour la part accordée aux femmes militanntes. Cela nous change des Bir-Hakeim, Gallieni et autres Avenue Foch. J'aurais aimé quelques lignes sur les cinq résistants qui malgré tout ont eu les hnneurs d'une station (Corentin Cariou, Jacques Bonsergent, Guy Môquet, Charles Michels et Corentin Celton). Un seul petit reproche : la pénible écriture inclusive et la néo-langue de bois qui fait écrire "celles et ceux", "tous et toutes", etc. . Nos historiennes devraient savoir que le mal nommé "genre grammatical masculin" n'est pas un "masculin", mais un "neutre" qui neutralise l'opposition (un seul article pour m. et f. pluriel ; des, les). En français, les genres masculin et neutre du latin se sont confondus. et en tant que linguiste je milite pour que le genre masculin soit renommé "genre neutre" dans les grammaires scolaires et autres, ce qui éviterait cette novlangue issue d'un féminisme mal compris. "Tous" exprime à lui seul "tous et toutes", qui est redondant. "Celui qui croyait au ciel, celui qui n'y croyait pas" inclut grammaticalement par deux fois les deux sexes.

Format : Broché
Nb de pages : 202 pages
Poids : 324 g
Dimensions : 14cm X 21cm
Date de parution :
ISBN : 978-2-7082-4619-5
EAN : 9782708246195

Du même auteur : Laurence de Cock


Du même auteur : Mathilde Larrère