Marie Bonaparte, Sigmund Freud : correspondance intégrale : 1925-1939 Lire les informations techniques

Marie Bonaparte, Sigmund Freud : correspondance intégrale : 1925-1939

De Marie Bonaparte et Sigmund Freud chez Flammarion

Collection : Histoire
Broché XXII-1071 pages
Paru le 26/10/2022
42,00
Disponible - Expédié sous 48h ouvrés

En 1925, la princesse Marie Bonaparte se rend à Vienne pour consulter le Pr Sigmund Freud. Cette rencontre sera « le plus grand événement de ma vie », note l'arrière-petite-nièce de Napoléon Ier, princesse de Grèce et de Danemark. Durant quatorze années, ils échangeront près de neuf cents lettres jusqu'à la mort du fondateur de la psychanalyse, en 1939. Conservé à la bibliothèque du Congrès à Washington, cet ensemble de lettres est le dernier grand corpus de correspondance freudienne encore inédit.

Passionnante de bout en bout, foisonnant d'informations sur l'introduction de la psychanalyse en France, cette correspondance raconte un monde appelé à disparaître au coeur duquel deux protagonistes des plus étonnants évoluent. Car entre la princesse venue pour soigner sa dépression et l'un des savants les plus influents de son siècle, une amitié naît, qui dépasse bientôt le cadre de l'analyse. Leurs échanges donnent à voir un Freud tour à tour séduit, amusé, parfois lassé de cette patiente qui n'a de cesse de vouloir vivre pleinement sa vie amoureuse et questionne les conceptions freudiennes sur la femme à une époque où la quête du plaisir féminin reste profondément subversive.

« La dernière des Bonaparte », comme elle aimait à se qualifier, loin d'être la disciple dévote que l'on a parfois décrite, témoigne au fil des pages d'une liberté de pensée audacieuse. Quels que soient leurs désaccords, Freud verra en elle une élève loyale. De fait, elle ne le trahira jamais et mettra sa fortune au service de la Société psychanalytique de Paris (SPP), qu'elle contribua à créer et, avec l'aide de nombreux soutiens, se portera à son secours pour l'aider à quitter l'Autriche nazie en 1938.

Biographie

Rémy Amouroux a établi l'édition et l'appareil critique de cette correspondance intégrale. Docteur en histoire de la psychologie, professeur associé à l'EHESS (École des hautes études en sciences sociales), il enseigne à l'Institut de psychologie de l'université de Lausanne. Il est l'auteur de nombreux articles et ouvrages sur l'histoire de la psychologie et sur Marie Bonaparte, notamment Marie Bonaparte. Entre biologie et freudisme, Paris, PUR, 2012.

Olivier Mannoni est traducteur de l'allemand. Familier de l'oeuvre de Sigmund Freud, il a traduit ses correspondances avec Max Eitingon (Hachette, 2009), Anna Freud (Fayard, 2012) et Minna Bernays (Seuil, 2015) et oeuvré aux nouvelles traductions de textes de Freud, dont Le rêve de l'injection faite à Irma, L'Homme aux loups, Pour une introduction du narcissisme, L'Inconscient, La Féminité, L'Amour de transfert (Payot).

Marie Bonaparte, Sigmund Freud de Marie Bonaparte et Sigmund Freud chez Flammarion