Max Weber : la responsabilité devant l'histoire

feuilleter

facebook twitter

Fiche technique

Format : Broché
Nb de pages : 284 pages
Poids : 464 g
Dimensions : 16cm X 24cm
Date de parution :
ISBN : 978-2-200-35233-2
EAN : 9782200352332

Max Weber

la responsabilité devant l'histoire

de

chez Armand Colin

Collection(s) : Lire et comprendre

Paru le | Broché 284 pages

Etudiants LMD

27.00 Disponible - Expédié sous 6 jours ouvrés
Ajouter au panier Frais de livraison

Quatrième de couverture

Max Weber

La responsabilité devant l'histoire

Responsabilité de l'homme devant les défis de son temps, responsabilité du savant devant la science, responsabilité du politique devant l'histoire : qui entreprend de lire Weber saisit la centralité de la responsabilité, mieux, la découvre comme une tonalité propre à son oeuvre.

Inversement, qui entend s'intéresser à la responsabilité rencontre Weber, mais aussi la charge d'inquiétude de sa pensée, et discerne l'intellectuel qui allie responsabilité et conviction. Weber s'engage dans les batailles scientifiques et politiques de son siècle, sans pour autant renoncer aux principes qui le guident : probité, rigueur, refus du prophétisme.

Contre le discours des démagogues et le « sacrifice de l'intellect », il nous invite à regarder en face la réalité et à adopter une démarche scientifique pour penser l'action. Son oeuvre offre un modèle d'exigence critique et nous lègue cette interrogation première et ultime : quelles sciences sociales peuvent rendre possible l'avènement d'un homme responsable ?

Ce livre propose des clés pour comprendre Weber, penseur des ambivalences de la modernité, penseur par excellence des sciences sociales, mais également fondateur de la pensée politique moderne. En tous points frappe l'actualité de ses enseignements pour nos sociétés contemporaines.

Biographie

Laurent Fleury est professeur de sociologie à l'Université Paris Diderot/ Sorbonne Paris Cité. Agrégé de sciences sociales, il est l'auteur de Max Weber (PUF, 2016), ainsi que de livres sur la culture dont, entre autres, Le T.N.P. de Vilar (2006), et, chez Armand Colin, Le cas Beaubourg (2007) et Sociologie de la culture et des pratiques culturelles (2016).