Mémoire de fille Feuilleter
Lire les informations techniques

Mémoire de fille

De Annie Ernaux chez Gallimard

Collection : Folio
Broché 164 pages
Paru le 01/03/2018
Poche
7,50
Disponible - Expédié sous 48h ouvrés

Mémoire de fille

« J'ai voulu l'oublier cette fille. L'oublier vraiment, c'est-à-dire ne plus avoir envie d'écrire sur elle. Ne plus penser que je dois écrire sur elle, son désir, sa folie, son idiotie et son orgueil, sa faim et son sang tari. Je n'y suis jamais parvenue. »

Annie Ernaux replonge dans l'été 1958, celui de sa première nuit avec un homme, à la colonie de S dans l'Orne. Nuit dont l'onde de choc s'est propagée violemment dans son corps et sur son existence durant deux années. S'appuyant sur des images indélébiles de sa mémoire, des photos et des lettres écrites à ses amies, elle interroge cette fille qu'elle a été dans un va-et-vient entre hier et aujourd'hui.

« Un livre d'une précision et d'une puissance fascinantes, qui restitue au plus près les sensations physiques et les émotions d'une adolescente de cette époque. »
Raphaëlle Leyris, Le Monde des livres

Conseils des libraires

Ernaux replonge dans son premier amour, après avoir quitté pour la première fois son village.

Jeune fille qu'elle a été et femme qu'elle est devenue se confrontent alors : comment parler d'une jeune fille qu'elle n'est plus? Qui est cette inconnue de l'été 58 ?

Ce texte d’Annie Ernaux, « celui qui manquait » précise-t-elle, est un cheminement superbe et audacieux qui ébranle le lecteur, le plaçant face à sa propre intimité, sa propre histoire et ses propres souvenirs, ses contradictions internes et silencieuses. Une nouvelle fois, l’auteure révèle le corps, celui mis à nu devant un autre dans un désir aussi passionnel qu’empêché, contrarié. Il y a cette folie désireuse et persistante d’accomplir l’acte, celui de la première fois, à partir duquel le monde alentour basculera, créant un trouble interne et irréversible. Qu’est-ce qu’aimer en 1958, vouloir aimer librement dans une colonie de vacances mixte quand les dominations, masculine et sociale, se font lourdement sentir et que l’on est issu d’un milieu modeste ? En cet été 1958, l’expérience relatée (pas exclusivement sexuelle mais aussi celle de la découverte d’un monde jusqu’alors inconnu) préfigure toute l’œuvre de l’auteure, celle que nous connaissons déjà et à laquelle s’ajoute ce texte essentiel.

Mémoire de fille de Annie Ernaux chez Gallimard