Mémoires des esclavages : la fondation d'un centre national pour la mémoire des esclavages et de leurs abolitions
facebook twitter

Fiche technique

Format : Broché
Nb de pages : 176 pages
Poids : 246 g
Dimensions : 14cm X 21cm
Date de parution :
ISBN : 978-2-07-078554-4
EAN : 9782070785544

Mémoires des esclavages

la fondation d'un centre national pour la mémoire des esclavages et de leurs abolitions

de

chez Gallimard

Collection(s) : Connaissance

Paru le | Broché 176 pages

Public motivé

17.00 Disponible - Expédié sous 10 jours ouvrés
Ajouter au panier Frais de livraison

avant-propos de Dominique de Villepin


Quatrième de couverture

Mémoires des esclavages

La fondation d'un Centre national pour la mémoire des esclavages et de leurs abolitions

« S'il y a une raison de fonder un Centre national autour d'un pareil sujet, c'est-à-dire de cet esclavage-ci plus particulièrement, oui de cet esclavage-ci, africain, caraïbe, américain, transindien, européen, alors que nous savons que tous les esclavages sont également monstrueux et hors humanité, peut-être la trouvons-nous avant tout dans ceci qu'il a intéressé la plupart du monde connu à l'occident du monde, c'est-à-dire qu'il a établi un lien d'un ton nouveau entre pays et cultures, que ce lien, on a voulu le faire méconnaître, qu'il a brassé un nombre incalculable de beautés dans un nombre aussi incalculable de supplices, qu'il en est résulté la créolisation de ce grand pan du monde, créolisation aussi belle que sa démocratisation, qui a répercuté sur une partie de notre monde actuel et qui a fait que nous y sommes entrés, et qu'alors ce Centre doit être national parce que c'est là le meilleur chemin pour en démultiplier toutes les approches et toutes les résonances internationales. »
Édouard Glissant

« Oui, nous sommes français lorsque nous sommes citoyens de l'universel, lorsque nous combattons l'oubli, lorsque nous nous confrontons à notre histoire, non pas pour creuser les plaies mais pour avancer et nous rassembler. »
Dominique de Villepin

Du même auteur : Edouard Glissant