Oeuvres complètes de Rosa Luxemburg. Vol. 5. L'accumulation du capital : contribution à l'explication économique de l'impérialisme. Critiques des critiques ou Ce que les épigones ont fait de la théorie marxiste

feuilleter

facebook twitter

Fiche technique

Format : Broché
Nb de pages : XXXIX-685 pages
Poids : 885 g
Dimensions : 14cm X 21cm
Date de parution :
ISBN : 978-2-7489-0372-0
EAN : 9782748903720

L'accumulation du capital

contribution à l'explication économique de l'impérialisme
Oeuvres complètes de Rosa Luxemburg

de

chez Agone éditeur

Paru le | Broché XXXIX-685 pages

Public motivé

28.00 Disponible - Expédié sous 48h ouvrés
Ajouter au panier Frais de livraison

édition établie par Xavier Crépin et Eric Sevault | préface de Guillaume Fondu et Ulysse Lojkine | postface de Mylène Gaulard et Loren Goldner | traduction de l'allemand par Irène Petit et Marcel Ollivier, entièrement revue par Marie Boudoussier


Quatrième de couverture

L'Accumulation du capital

OEuvres complètes de Rosa Luxemburg

Le capitalisme tend à se répandre sur le globe et à détruire toutes les autres formes économiques. Et pourtant il est en même temps la première forme économique incapable de subsister seule, à l'aide de son seul milieu. Ayant tendance à devenir une forme mondiale, il se brise à sa propre incapacité d'être cette forme mondiale. Il offre l'exemple d'une contradiction historique qui, à un certain degré de développement, ne peut être résolue que par l'application des principes du socialisme, c'est-à-dire par une forme économique qui est par définition une forme mondiale harmonieuse, fondée sur la satisfaction des besoins de l'humanité travailleuse.

Biographie

Maître ouvrage de Rosa Luxemburg, publié en 1913, L'Accumulation du capital est le premier texte de critique économique marxiste à formuler une théorie d'ensemble de l'impérialisme. En montrant la nécessité inscrite au coeur du capitalisme de s'étendre toujours plus et d'asservir territoires et populations, il éclaire les mécanismes qui conduisirent à la Première Guerre mondiale pour le repartage du monde et montre qu'une mondialisation capitaliste pacifique reste une chimère.