Orchidées
facebook google+ twitter

Orchidées

de

chez Aedis

Collection(s) : Petit guide, n° 469

Paru le | Broché

Tout public

Grand format Livre broché
3.50 Expédié sous 3 à 6 jours ouvrés
Ajouter au panier Frais de livraison

illustration Tibere Medori


Orchidées européennes

Les orchidées ne sont pas seulement les plantes exotiques que nous voyons exposées dans les jardineries. Dans nos régions tempérées, il existe aussi des orchidées.

Elles sont d'un aspect très varié également.

La taille de la fleur va de quelques millimètres pour l'orchis brûlé, à plusieurs centimètres pour le magnifique mais très rare sabot-de-Vénus.

Les fleurs peuvent être clairsemées sur une plante, par exemple les ophrys, ou au contraire très nombreuses, plusieurs centaines chez certains orchis.

Le labelle, pièce maîtresse de la fleur, présente de nombreuses variations de forme et de couleur. Il est parfois prolongé par un tube creux nommé « éperon », qui renferme le nectar. Les insectes butineurs sont très attirés par ces fleurs nectarifères.

Les orchidées de nos régions possèdent les caractéristiques suivantes :

Ce sont des plantes vivaces dont les parties souterraines persistent dans le sol pendant l'hiver, assurant le démarrage de la plante à chaque printemps. Ces parties souterraines peuvent être renflées en tubercules plus ou moins arrondis (ophrys et orchis) ou aplatis (Dactylorhiza). Groupés par deux, les tubercules ont chacun une fonction bien précise. Le plus ancien nourrit la plante. Il finira par se dessécher en fin de cycle, en même temps que les parties aériennes de la plante. Le jeune tubercule quant à lui accumule des réserves pendant la saison en cours, et c'est lui qui servira de nourrice au printemps suivant pour le développement de la nouvelle plante.

D'autres orchidées, les épipactis, ne possèdent pas de tubercule mais un rhizome, également persistant durant l'hiver.

Les tiges sont les plus souvent herbacées et disparaissent en été, mais parfois elles persistent sous forme desséchée chez certaines espèces des bois.

Leurs feuilles sont souvent groupées en rosette à la base de la plante, mais chez certaines espèces les feuilles peuvent se trouver sur toute la hauteur de la tige. Excepté dans le genre Goodyera, où les nervures sont ramifiées, ces nervures sont parallèles.

Certaines espèces d'orchidées (par exemple Neottia) sont dépourvues de chlorophylle ; elles sont d'une couleur blanchâtre à brunâtre, voire violacée. Leurs feuilles, qui n'ont aucun rôle dans la photosynthèse, sont réduites à des écailles disposées tout le long de la tige. Ces orchidées vivent en symbiose avec les champignons microscopiques du sol, qui leur apportent l'eau et les éléments nutritifs dont elles ont besoin.

Des fleurs devenues rares

Avec 170 espèces, la France est le pays européen le plus riche en orchidées. Certaines, devenues rares, ont été victimes de l'intérêt du public pour ces fleurs. La plupart des espèces d'orchidées de France sont protégées. Admirez-les et prenez des photos, mais ne les cueillez pas. De toute manière, leur floraison sera éphémère une fois la plante cueillie, et si vous tentez de l'arracher pour la replanter chez vous, l'entreprise sera vouée à l'échec.

Mais ce n'est pas le seul facteur de raréfaction. La fleur étant souvent pollinisée par des insectes très spécifiques, il suffit que cet insecte se raréfie ou disparaisse pour que l'espèce ne se reproduise plus et finisse par disparaître à son tour.

La diminution de la surface de leurs milieux naturels, landes, terrains en friche, zones humides, etc., est aussi une cause de leur raréfaction.

Pour faire refleurir un Phalaenopsis

Il suffit de recouper la partie sèche à 1 cm au-dessus d'un bourgeon qui est bien vert.

En quelques semaines, un nouveau rameau se développera et donnera de nouvelles fleurs.

Pour faire refleurir un Cymbidium

Coupez les hampes florales du Cymbidium à la base et, dès le début de l'été, sortez le pot en veillant à le placer dans un endroit abrité des courants d'air et du soleil direct de mi-journée.

Laissez la plante dehors jusqu'à la fin de l'été, lorsque les températures nocturnes descendent en dessous de 5°C. Rentrez alors l'orchidée dans une pièce ne dépassant pas 18°C le jour. La floraison devrait se produire deux mois plus tard... mais le Cymbidium peut aussi mettre un an avant de refaire des fleurs.
Une présentation illustrée de plusieurs espèces d'orchidées européennes, sauvages et cultivées, une description de la fleur et des conseils pour en débuter la culture. ©Electre 2019
Format : Broché
Poids : 50 g
Dimensions : 16cm X 22cm
Date de parution :
ISBN : 978-2-84259-952-2
EAN : 9782842599522

Du même auteur : Jean-Marie Polèse