Où j'ai laissé mon âme

feuilleter

facebook twitter

Fiche technique

Format : Broché
Nb de pages : 153 pages
Poids : 166 g
Dimensions : 12cm X 22cm
Date de parution :
ISBN : 978-2-7427-9320-4
EAN : 9782742793204

Où j'ai laissé mon âme

de

chez Actes Sud

Paru le | Broché 153 pages

17.30 Disponible - Expédié sous 12 jours ouvrés
Ajouter au panier Frais de livraison

Les libraires en parlent

()

" Chaque matin, il faut retrouver la honte d'être soi-même. Mais avant celà est accordé la grâce d'un répit secret. Le rêve de la nuit se désagrège et se replie dans les ténèbres, ne laissant subsister dans le coeur du capitaine André Degorce que la vague prémonition d'un deuil à mener. Il n'a pas de passé, pas de famille, pas de nom."

Alger, 1957, la guerre qui ne dit pas son nom embrase les consciences meurtries du capitaine Degorce et du lieutenant Andreani qui ont vécu ensemble la sanglante débâcle de Dien Bien Phu.

Tandis que les démons de la culpabilité assaillent Degorce, Andreani revêt ses habits neufs de bourreau sans l'ombre d'un doute. Degorce vacille dans sa foi et cherche dans les geôles auprès de Tahar, figure emblématique de l'insurrection, des réponses à son désarroi existentiel. Consolation que lui refuse l'incandescent  Andreani qui n'a "plus foi en rien d'autre qu'en la beauté inutile du sacrifice."

Jamais roman n'aura traversé avec une telle ardeur, avec une telle profondeur de champ la quinzaine d'années mortifère qui va de Buchenwald en 1944, trébuche dans la boue indochinoise pour s'échouer dans l'impasse algérienne. Armé d'une plume à couper le souffle, Jérôme Ferrari offre une tribune bouleversante aux damnés de l'Histoire ainsi qu'une réflexion salutaire sur la violence politique.

En tous points exceptionnel.

Quatrième de couverture

1957. A Alger, le capitaine André Degorce retrouve le lieutenant Horace Andreani, avec lequel il a affronté l'horreur des combats puis de la détention en Indochine. Désormais les prisonniers passent des mains de Degorce à celles d'Andreani, d'un tortionnaire à l'autre : les victimes sont devenues bourreaux. Si Andreani assume pleinement ce nouveau statut, Degorce, dépossédé de lui-même, ne trouve l'apaisement qu'auprès de Tahar, commandant de l'ALN, retenu dans une cellule qui prend des allures de confessionnal où le geôlier se livre à son prisonnier...

Sur une scène désolée, fouettée par le vent, le sable et le sang, dans l'humidité des caves algéroises où des bourreaux se rassemblent autour des corps nus, Jérôme Ferrari, à travers trois personnages réunis par les injonctions de l'Histoire dans une douleur qui n'a, pour aucun d'eux, ni le même visage ni le même langage, trace, par-delà le bien et le mal, un incandescent chemin d'écriture vers l'impossible vérité de l'homme dès lors que l'enfer s'invite sur terre.

Biographie

Né à Paris en 1968, Jérôme Ferrari, après avoir été, durant quatre ans, professeur de philosophie au lycée international d'Alger, vit actuellement en Corse, où il enseigne depuis 2007.

Chez Actes Sud, il a publié trois romans : Dans le secret (2007 ; Babel, 2010), Balco Atlantico (2008) et Un dieu un animal (2009).

Du même auteur : Jérôme Ferrari