Penser les mouvements sociaux : conflits sociaux et contestations dans les sociétés contemporaines
facebook twitter

Fiche technique

Format : Broché
Nb de pages : 327 pages
Poids : 520 g
Dimensions : 16cm X 24cm
Date de parution :
ISBN : 978-2-7071-5657-0
EAN : 9782707156570

Penser les mouvements sociaux

conflits sociaux et contestations dans les sociétés contemporaines

chez La Découverte

Collection(s) : Recherches

Paru le | Broché 327 pages

Public motivé

27.00 Indisponible

Quatrième de couverture

Penser les mouvements sociaux

Conflits sociaux et contestations dans les sociétés contemporaines

La sociologie des mouvements sociaux constitue aujourd'hui un champ bien distinct des sciences sociales, à l'intersection de la science politique, de la sociologie et de l'histoire. Les turbulentes années 1960 lui ont servi de tremplin aux États-Unis en replaçant la question du conflit social au coeur de démocraties qui avaient voulu l'oublier et en offrant aux chercheurs de multiples terrains pour l'étudier in vivo. L'intérêt pour la contestation a été plus tardif et moins soutenu en Europe et l'ensemble des analyses, éclaté, reste secondaire par rapport aux écoles américaines.

Aujourd'hui pourtant, la sociologie française des mouvements sociaux possède des traits distinctifs que ce livre propose d'explorer : recours aux instruments de la sociologie critique, méfiance à l'égard des méthodes positivistes au profit de méthodes plus artisanales privilégiant le suivi approfondi de la vie du groupe protestataire et l'interrogation sur les motivations de ses membres, développement des recherches sur des univers autres qu'occidentaux, sur les mouvements dits de « sans » et l'altermondialisme, mais aussi plus récemment sur les conflits du travail et l'action syndicale, permettant ainsi le dialogue avec des disciplines proches comme celles portant sur les groupes d'intérêt ou la construction des problèmes publics.

Cet ouvrage vise ainsi à rendre compte de l'évolution de la sociologie des mouvements sociaux et de l'originalité des travaux français en offrant à la fois un regard critique sur ce champ de recherche et des pistes d'investigation sur ses angles morts comme les logiques de l'engagement individuel ou la place des émotions dans le militantisme.

Biographie

¤ Les directeurs : Olivier Fillieule est professeur de sociologie politique, directeur de l'Institut d'études politiques et internationales (IEPI) de l'université de Lausanne, membre du Centre de recherche sur l'action politique de l'université de Lausanne (Crapul) et directeur de recherche au CNRS. Éric Agrikoliansky est maître de conférences en science politique à l'université Paris-Dauphine et membre de l'Institut de recherche interdisciplinaire en sciences sociales (IRISSO). Isabelle Sommier est professeure de sociologie à l'université Paris-I-Panthéon-Sorbonne.