Photographie plasticienne, l'extrême contemporain
facebook twitter

Fiche technique

Format : Broché
Nb de pages : 287 pages
Poids : 632 g
Dimensions : 14cm X 20cm
Date de parution :
ISBN : 978-2-84105-239-4
EAN : 9782841052394

Photographie plasticienne, l'extrême contemporain

de

chez Editions du Regard

Collection(s) : Essais art

Paru le | Broché 287 pages

Public motivé

23.00 Disponible - Expédié sous 6 jours ouvrés
Ajouter au panier Frais de livraison

Quatrième de couverture

Si La Photographie plasticienne. Un art paradoxal se proposait d'examiner les conditions de possibilité de «l'entrée en art» de la photographie, autour des années soixante-dix, et constituait le medium photographique comme l'un des plus puissants opérateurs de déconstruction du modernisme, Photographie plasticienne, l'extrême contemporain se donne pour enjeu l'examen attentif des différents pôles photographiques, souvent contradictoires, de ce qui serait «l'après post-modernisme», emblématisé par les années quatre-vingt-dix : les tropes du banal et de l'intime, la photographie érudite ; l'esthétique de l'idiotie, le sérieux de l'objectivisme issu de l'école de Düsseldorf ; les fictions prométhéennes du post-human, le renouveau de plus en plus affirmé d'une photographie documentaire qui ne doit plus rien à un photojournalisme frappé d'obsolescence, mais peut a contrario se comprendre en écho aux stratégies iconiques du «retrait».

Dans un champ photographique éclaté, qu'il serait illusoire de vouloir unifier au détriment des différences et des fractures, l'auteure a conjointement mis en exergue les questionnements propres à l'extrême contemporain : soit l'impossibilité du paysage et la crise de l'urbanité, l'émergence de «non-lieux» et la tentative pour inventer des lieux où vivre, d'une part ; l'inquiétude du sujet vis-à-vis de lui-même, d'autre part, comme si le portrait, loin d'être une évidence, achoppait sur une identité toujours plus précaire, qui fut déjà soumise à l'implacable déconstruction structuraliste du sujet.

Au terme du parcours, c'est à une lecture subjective - et revendiquée comme telle - des oeuvres que le lecteur sera convié : constituer l'admiration comme passion joyeuse, active, nietzschéenne enfin.

Biographie

Ancienne élève de l'Ecole normale supérieure, agrégée de philosophie et maître de conférences à l'Université Paris-VIII, Dominique Baqué signe chaque mois la chronique «Photographie» de la revue Art Press. Elle est notamment l'auteure de Maurice Tabard (Belfond, 1991). Les Documents de la modernité (Jacqueline Chambon, 1993) La Photographie plasticienne : un art paradoxal et Mauvais Genre(s) (Editions du Regard, 1998 et 2002), Pour un nouvel art politique (Flammarion, 2004).

Du même auteur : Dominique Baqué