Quatre jours à Tallin; Suivi de Toscha
facebook google+ twitter

Quatre jours à Tallin

de

chez Editions du Wagonnet

Paru le | Broché 175 pages

Grand format Livre broché
14.00 Disponible - Expédié sous 3 à 6 jours ouvrés
Ajouter au panier Frais de livraison

Je suis retourné à Manosque.

La première fois, je n'avais fait que passer, le temps d'attraper le car d'Avignon où Nicole avait finalement acheté quatre ou cinq bouquins de Giono. Je n'en avais gardé comme souvenir qu'un regard jeté par-dessus l'épaule, pour découvrir par en haut un toit de tuiles, dans une rue en pente à la géométrie bizarre.

En fait, j'y étais revenu mais, là encore, je n'avais fait que passer. C'était un autre voyage de retour, vers le prieuré, plus haut dans la vallée. Cette fois, j'y ai assisté à un colloque sur le tri sélectif des ordures ménagères, avec visite des bornes de collecte sur le parking de tous les supermarchés des environs. Comme si la vie devait toujours nous ramener vers une nostalgie rance.

Bien sûr, maintenant que j'y réfléchis, Nicole avait dû acheter les livres de Giono à Manosque, avant de prendre le car. Sinon cela n'aurait pas eu beaucoup de sens. J'avais acheté « L'Hérésiarque » et « Le Château ». Je les ai toujours.

Quand on prend le téléphérique pour redescendre vers Sinaia, ville royale quelque part au coeur de la Transylvanie, on passe forcément au-dessus de quelques kilomètres de forêt. La ville se découvre soudain, sans préambule, comme surgie du fond d'un gouffre. J'ai eu le même sentiment en feuilletant « Le Château ». Je ne l'ai jamais lu, mais j'en ai parlé et ri avec Tatiana, sur la terrasse qui surplombe le château, bien réel celui-là, résidence d'été de feu les rois roumains.

En fait je ne me souviens pas d'être allé avec elle jusqu'à Sinaia. Seulement d'être sorti en voiture de Bucarest, le soir de son anniversaire, et d'avoir conduit jusqu'à ce qu'elle me dise d'arrêter. Nous avons bu un verre sur la terrasse du troquet qui se trouvait là, en regardant passer les voitures. Puis nous sommes rentrés à Bucarest.

Ce fut, jusqu'à ce jour, mon plus bel été.
Précédé d'une courte nouvelle représentant un écrivain qui n'arrive pas à dépasser la première phrase de son histoire, ce roman met en scène la rencontre du narrateur avec Jan Toscha, un réfugié politique. ©Electre 2020
Format : Broché
Nb de pages : 175 pages
Poids : 160 g
Dimensions : 11cm X 18cm
Date de parution :
ISBN : 978-2-9555895-0-2
EAN : 9782955589502