Que font les banques de notre argent ? : le vrai business de la finance

feuilleter

facebook twitter

Fiche technique

Format : Broché
Nb de pages : 383 pages
Poids : 498 g
Dimensions : 15cm X 21cm
Date de parution :
ISBN : 978-2-8073-0675-2
EAN : 9782807306752

Que font les banques de notre argent ?

le vrai business de la finance

de

chez De Boeck supérieur

Paru le | Broché 383 pages

Public motivé

23.50 Disponible - Expédié sous 8 jours ouvrés
Ajouter au panier Frais de livraison

traduction de Paul-Jacques Lehmann


Quatrième de couverture

« Kay est un admirable démystificateur de fausses croyances. Il est capable de voir des choses fondamentales que d'autres ne voient pas. »
Nassim Nicholas Taleb, auteur de Le cygne noir

« Kay est à la fois un économiste de premier rang et un excellent écrivain. »
Financial Times

« L'un des économistes anglais de premier plan. »
The Economist

Le secteur de la finance des économies occidentales est beaucoup trop développé. Au cours des trois dernières décennies, la financiarisation a créé des structures qui ont du mal à résister et qui réalisent des montants excessifs. Ce secteur consacre en outre trop peu d'attention à la recherche de nouvelles opportunités d'investissement et bien trop aux échanges d'actions. La régulation a créé davantage de nouveaux problèmes qu'elle n'a apporté des solutions à ceux déjà en cours.

Pourquoi ? À quoi sert la finance ? John Kay, avec sa double compétence pratique et académique du monde de la finance, a une approche des opérations du secteur financier plus réaliste que celle de la moyenne des gens. Il est favorable à de bons banquiers et à des gestionnaires d'actifs efficaces, mais il ne voit pas beaucoup des uns et des autres...

Grâce à un tour d'horizon stupéfiant et accusateur de la sphère financière qui a émergé des décombres de la crise financière de 2008, Kay ne recule pas dans ses critiques : nous avons besoin de ce que font Citigroup et Goldman Sachs, mais pas de ce que ces banques font pour elles-mêmes. Et beaucoup de choses qu'elles font n'ont pas du tout besoin d'être faites ! Le secteur financier doit se rappeler ses objectifs initiaux : gérer l'argent des individus au bénéfice des entreprises et des ménages. C'est une aberration quand quelques-uns de la fine fleur des esprits mathématiques et scientifiques ont pour tâche de concevoir des algorithmes dans le seul but d'exploiter les faiblesses des autres algorithmes pour réaliser les échanges informatisés de titres. Aller encore plus loin dans cette voie conduirait inexorablement à la ruine de nos sociétés.

Biographie

John Kay est professeur invité en économie à la London School of Economies. Ancien administrateur d'une grande banque britannique, il assure une tribune hebdomadaire dans le Financial Times et est l'auteur de nombreux ouvrages.