Que le diable m'emporte
facebook twitter

Fiche technique

Format : Broché
Nb de pages : 185 pages
Poids : 250 g
Dimensions : 14cm X 21cm
Date de parution :
ISBN : 978-2-36468-352-5
EAN : 9782364683525

Que le diable m'emporte

de

chez Ed. du sous-sol

Collection(s) : Feuilleton non-fiction

Paru le | Broché 185 pages

17.00 Disponible - Expédié sous 6 jours ouvrés
Ajouter au panier Frais de livraison

traduit de l'anglais (Etats-Unis) et préfacé par Hélène Frappat


Quatrième de couverture

Mary MacLane a dix-neuf ans quand elle publie en 1902 son premier livre, Que le diable m'emporte, un journal intime tenu sur trois mois. OEuvre anticonformiste à la liberté souveraine, ces confessions aussi sulfureuses que courageuses firent sensation à l'époque, puisque cent mille exemplaires se sont vendus dès le premier mois de leur publication. Mary MacLane y décrit l'ennui et les aspirations à contre-courant d'une jeune fille de Butte, petite ville minière du Montana. Tour à tour drôle, poétique et sensuelle, elle y fait étalage de ses fantasmes et proclame son génie tout en défendant des idées philosophiques scandaleuses. Que le diable m'emporte est ici traduit en français pour la première fois.

Et donc vous voici en possession de mon Portrait.

C'est l'enregistrement de trois mois de Néant. Ces trois mois ressemblent trait pour trait aux trois mois qui les ont précédés, certes, et aux trois mois qui les ont suivis - et à tous les mois qui sont nés et morts avec moi, depuis la nuit des temps.

Il n'y a jamais rien de différent ; jamais rien ne se produit. Maintenant je vais envoyer mon Portrait au vaste monde avisé. Peut-être ne dépassera-t-il pas l'éditeur ; ou peut-être sortira-t-il mort-né de chez l'imprimeur ; ou peut-être poursuivra-t-il sa route, et sera-t-il l'auteur de sa propre chute.

C'est selon.

Je vais l'envoyer. Quoi d'autre m'attend, sinon ce livre ?

Eh oh, faites que quelqu'un le comprenne !

Biographie

Mary MacLane
Née en 1881 au Canada, elle passe l'essentiel de sa vie aux États-Unis. Elle est considérée comme l'une des pionnières du confessionnalisme, ce courant littéraire américain qui fait du vécu, du traumatisme intime et du blasphème un moteur de la création, et dont Sylvia Plath est l'une des éminentes représentantes. Elle est également largement saluée comme étant l'un des premiers auteurs féministes américains. Elle a par ailleurs écrit et joué dans un film muet autobiographique, au titre blasphématoire : Men Who Have Made Love to Me. Elle disparaît à Chicago en 1929, dans de mystérieuses circonstances.